Bâle : le retour du saumon sauvage

Le 5 octobre 2008, un pêcheur bâlois (Suisse) a sorti un saumon sauvage des eaux du Rhin. L’association Alsace Nature qualifie cet événement d’historique.


Crédit : André/Shnd.

«C’est le retour après 50 années d’absence du saumon sauvage dans les eaux du Rhin suisse», explique l’association de défense de la nature dans un communiqué. Un pêcheur a accidentellement accroché un saumon d´une taille de 91 cm près de l’embouchure de Birse, non loin de Bâle. Introduit dans un affluent du Haut-Rhin au stade d´alevin en 2005 ou 2006, le poisson, une femelle formellement identifiée par des experts, a grandi dans l´Atlantique puis est remonté par la Mer du Nord et le Rhin, jusqu´à sa rivière d´origine pour y frayer. Il a été soigneusement relâché puisque sa pêche, ainsi que celle de la truite de mer, est formellement interdite.
Nul ne sait comment il a réussi à remonter le Rhin en l’absence de dispositifs techniques adéquats. Il a dû emprunter les écluses de navigation, ce qui, selon l’association, relève du miracle.

Cet événement réjouit la Commission internationale pour la protection du Rhin (CIPR) dont le principal objectif est précisément de refaire du Rhin un fleuve salmonicole. Un programme « Saumon 2000 » avait été lancé en 1987 : le retour du saumon devait être le symbole grand public de la reconquête de la qualité chimique des eaux. Grâce aux efforts des États riverains du Rhin (Suisse, France, Allemagne, Luxembourg et Pays-Bas), la qualité de l´eau et des habitats aquatiques s´est donc considérablement améliorée.

En octobre 2007, un plan directeur « Poissons migrateurs » a été élaboré (décision à venir à l´été 2009) pour lancer la construction d´une passe à poissons à Strasbourg et des équipements en amont pour permettre aux migrateurs d´accéder librement au bassin allemand Eltz-Dreisam à hauteur de Fribourg, tout ceci avant 2015. Jean-Louis Borloo, ministre de l’écologie, a écrit au président d´EDF pour l’enjoindre d’engager ces travaux. Globalement, 50 millions d´euros ont déjà été dépensés pour améliorer la circulation du mythique poisson jusqu´aux frayères suisses. 160 M€ sont encore envisagés.

Peu à peu, depuis la prise de conscience qui a suivi l´accident Sandoz qui avait gravement pollué le fleuve, toutes les espèces de poisson jadis présentes dans le Rhin, sauf l´esturgeon d´Europe, sont de retour. Des peuplements de lamproies marines se reconstituent progressivement. Ces espèces n´étant pas soutenues par des alevinages, c´est bien la nature qui, spontanément, corrige les dégradations anthropiques.

Reste que, malgré tous les efforts déployés depuis 20 ans, les peuplements de migrateurs ne sont pas encore, eux, en équilibre naturel.

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *