Maladie de Lyme

Bernard Christophe : « La maladie de Lyme est sous-évaluée en France »

DOSSIER

Ce pharmacien de formation, patron de Nutrivital, vient de voir le Tic Tox, son remède naturel contre les borrélioses, interdit par l´Afssaps (agence du médicament). Il répond aux questions d’Ouvertures.

Ouvertures.- Vous avez déposé une plainte auprès du procureur de la République contre deux « experts » strasbourgeois de la borréliose de Lyme, un laboratoire français, l´Afssaps et l´ordre des médecins pour non assistance à personnes en danger. Pourquoi cette action à propos de la maladie de Lyme ?

Bernard Christophe.- Cela fait quinze ans que je tire la sonnette d´alarme sur la pandémie de borrélioses ou maladie de Lyme. En Allemagne, en 2010, un million de personnes étaient traitées pour cette pathologie. Or en France, on n´en dénombrerait qu´entre 5 000 et 10 000. Les borrélies ne franchiraient-elles pas le Rhin, un peu comme le nuage de Tchernobyl ? Il existe chez nous un déni de cette maladie. Outre le nombre de malades qui s´ignorent ou qui se font traiter pour d´autres maladies, il y a la question des transfusions sanguines. Ces bactéries ont la possibilité de s´enkyster dans les cellules, de se réduire à 1% de leur taille sans pouvoir être détectées. C´est la forme dormante et chronique de la maladie. Les bactéries peuvent, sous cette forme, résister au chauffage de certains éléments du sang de donneurs bénévoles, sensé nous protéger des transmissions. Pour moi, c´est un nouveau scandale du sang contaminé. Si j´ai porté plainte, c´est pour crever l´abcès. Et si je suis attaqué aujourd´hui, c´est pour me faire taire.

– On attribue la maladie de Lyme aux tiques, elle apparaît comme une pathologie marginale et peu connue. Or elle serait plus répandue selon vous ?

– Cette maladie ne se résume pas à la piqûre de tique. Il existe beaucoup d´autres modes de transmission : par d´autres agents vecteurs (araignées, taons, moustiques, puces, poux, etc..), par voie sexuelle, de la mère à l´enfant, lors de l´allaitement. Des travaux allemands ont montré qu´on en trouvait aussi dans la viande et dans le lait. Si les bactéries sous leur forme active disparaissent à la chaleur, sous forme enkystée elles peuvent y résister. La maladie chronique de Lyme est très répandue, mais non diagnostiquée et donc non reconnue. Certains auteurs estiment que 80 % de la population aurait été en contact avec des borrélies, mais seulement 12 % de celle-ci souffrirait de symptômes.

– Quelles sont les signes cliniques des borrélioses ?

– Ils sont très variés, on dénombre jusqu´à 800 symptômes différents qui peuvent toucher tous les organes. Tout dépend du terrain de la personne et du type de borrélie qui l´infecte. Il existe différentes espèces qui donnent des tableaux cliniques bien différents : ostéo-articulaires et musculaires dans la majorité des cas (généralement Borrelia burgdorferi et/ou B. spielmani), cutanés (B. afzelii), neurologiques (B. garinii), oculaires, cardiaques… . Il existe encore bien d´autres espèces de borrélies, même en Europe, comme B. valaisiani, B. lusitaniae et d´autres espèces en Afrique, en Chine et au Japon, en fait dans le monde entier, ce qui en fait une pandémie des plus pernicieuses puisque souvent très discrète (pouvant être asymptomatique durant des années et même des décennies).

– On peut donc confondre une maladie de Lyme avec des pathologies courantes ?

– Une borréliose peut se cacher sous de nombreuses « erreurs » de diagnostic que je rencontre fréquemment, à savoir : fibromyalgie, polyarthtite, spondylite ankylosante, dépression, syndrome de la fatigue chronique, troubles du sommeil, troubles neurologiques et psychiatriques, nombreuses maladies auto-immunes (en progression) telles que sclérose en plaque (SEP), sclérose latérale amyotrophique (SLA), thyroïdite, etc., même Parkinson, Alzheimer, syndrome du canal carpien… Et bien d´autres encore dont on soigne les symptômes parfois à vie, sans remonter à la ou les causes. Ces dernières peuvent être aussi, en plus de co-infections et d´infections virales ou bactériennes, des intoxications chroniques aux métaux lourds et toxiques (non reconnues en France), des parasitoses, une sensibilité aux ondes électromagnétiques, etc.

– Comment agit le Tic Tox par rapport aux antibiotiques ?

– Les borrélies possèdent des propriétés et facultés d´adaptation très particulières, c´est pourquoi je les appelle « spirochètes diaboliques » ! Elles ont par exemple la capacité de se protéger par une enveloppe protéique résistant à des doses de tétracycline mortelles pour l´humain. Elles peuvent produire grâce à leur génome particulièrement important des protéines de surface voisines des tissus où elles se trouvent, ce qui leur permet de se « cacher », les lymphocytes ne produisant alors pas d´anticorps (ce qui rend souvent les sérologies douteuses ou négatives). Les antibiotiques ne sont composés que d´une substance unique à haute dose. Les borrélies peuvent s´y adapter et faire de la résistance. Ce n´est pas le cas avec les huiles essentielles qui leur opposent un cocktail de substances complexes. La destruction des borrélies provoque un afflux de toxines dans le sang qui vont être éliminées par les émonctoires, aggravant momentanément les symptômes. On a du recul sur le Tic Tox avec près de 18 000 cas.

– Existe-t-il une étude sur le Tic Tox que vous auriez pu fournir pour une demande d´autorisation de commercialisation ?

– Il y a sept ans j´ai pris contact avec un professeur « expert » à Strasbourg, puis avec un second en bactériologie, et à deux reprises j’ai été gentiment éconduit avec le refus de tester le produit puisque je ne représentais pas un laboratoire pharmaceutique agréé, ayant les moyens financiers pour payer ces « experts » dans le cadre d’une étude en vue d’une autorisation de mise sur le marché (AMM).

– La maladie de Lyme est-elle ancienne ou récente ? Pourquoi n´en parle-t-on que maintenant ?

– La maladie de Lyme s´est fait connaître à partir de 1975 à la suite d´une épidémie juvénile d´arthrite rhumatoïde près de la ville de Lyme (Connecticut, Etats-Unis). Elle est probablement ancienne mais son développement est récent. J´en veux pour preuve qu´on ne lui consacre qu´un quart d´heure en faculté de médecine, qu’une page dans les manuels. Selon moi, les borrélies ne se développent que dans des circonstances particulières, après un choc physique ou émotionnel capable de faire chuter les défenses immunitaires, mais également sur un terrain acidifié. L´acidose caractérise un déséquilibre du corps humain (équilibre acido-basique) qui touche les tissus, les liquides corporels. Elle s´installe progressivement par une alimentation trop riche en viande, en produits laitiers, en sucre, et pauvre en fruits et légumes. Il faut accompagner le traitement aux huiles essentielles par un changement alimentaire de type végétarien, voire végétalien, au moins pendant quelques semaines de temps en temps. Le fait que l´incidence de la borréliose augmente est donc aussi lié aux conditions de vie modernes. On peut dire que c´est une maladie de civilisation… qui fera encore beaucoup parler d´elle dans les prochaines années.

– Pourquoi la santé financière de votre laboratoire est mise en péril ?

– J´ai consacré ces dernières années presque exclusivement à la borréliose. Ainsi Tic Tox est devenu, grâce aux clients et médecins satisfaits, le produit phare, avec les autres produits du protocole. Depuis janvier nous avons perdu une part importante de chiffre d´affaire alors que les charges de loyer et de personnel restent fixes et l´espoir de pouvoir recommencer est quasi nul contre les avis de l´Afssaps. Se transformer en laboratoire pharmaceutique, faire une demande d´autorisation de mise sur la marché et assurer la distribution dans le circuit pharmaceutique amènerait le prix du Tic Tox à près de 150 euros, ce qui serait scandaleux pour les malades. De plus, l´inscription à l´Ordre des pharmaciens m´imposerait de me taire sur de multiples sujets que je traite. J´ai 63 ans et n´ai pas l´intention de me plier maintenant à des lois injustes qui protègent plus les multinationales pharmaceutiques que les gens honnêtes qui contribuent à l´amélioration de la santé publique. Au lieu d´imposer des normes délirantes et des coûts exorbitants qui sont seulement à la portée de multinationales, quelques experts indépendants pourraient établir le rapport bénéfices/risques d´un grand nombre de produits naturels, connus depuis des siècles. A l´avenir pourront apparaître sur le marché des plantes médicinales efficaces telles millepertuis, kawa, levure de riz rouge, etc, mais uniquement les OGM de ces plantes, dument brevetés. On est entrain de perdre la mémoire collective de nos « Anciens »…

> Pour contacter Bernard Christophe : www.nutrivital.eu

> Retour au dossier Maladie de Lyme

 

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

7 commentaires pour cet article

  1. Bonjour,
    Atteint de Borrélia depuis au moins 20 ans.
    Diagnostiqué depuis seulement un an.
    Comprendre rétrospectivement l’influence de cette bactérie sur mes conditions de santé des 20 années écoulées a été facile à mon intuition que j’ai nouvellement reprise en considération. Il a 20 Ans je me revoie enlever les tiques de mon abdomen à la pince à épiler. A cette époque je courrais 30Kms par semaine, j’étais en forme et j’envisageais de de m’offrir un marathon pour mes 42 ans c’est à dire en 1993, mais cette année un état inflammatoire s’est déclaré, et puis un claquage musculaire ,suivit d’une phlébite grave.
    Exit définitivement la course à pied, ce qui fut loin d’être facile. En 2002, une pancréatite…,des dypepsie permanentes, pertes de force inexplicables, et plus tard des symptômes neuro- cognitfs interprétés comme une hypothyroidie avec des dérèglements endocriniens . Jamais remède ne m’a mis aussi mal à l’aise que la lévothyroxine, sensée équilibrée l’hypothyroidie. Si la borrélia était quelqu’un ,je pense qu’ elle doit bien rire dans son coin. Je n’ai plus du tout confiance dans le corps médical, et c’est peu de le dire. Etant technicien de formation ma confiance va aux observations rigoureuse des biologistes, sur laquelle se fondent en suite les intuitions. Intuitions et observations vont de pair. mais la gente « toubib »ne sais apparemment plus pratiquer ni l’une ni l’autre.
    Salutations
    Montalbano Joseph

  2. Ping : Les symptômes d'une scélrose en plaques sont-ils spécifiques à cette maladie ? | Ma SEP m'a dit

  3. Ping : À Strasbourg, le traitement de la maladie de Lyme en procès | Actualités de Strasbourg

  4. bonjour Monsieur,

    j’ai un cheval atteint de la maladie de Lyme. La prise de sang (en France) le dise Négatif mais l’on s’est que ce n’est pas fiable… surtout que le laboratoire de Strasbourg a dû fermer!!
    mais il a des anticorps 1/400 et tous les symptômes. Je n’ai pas de vétérinaire mon cheval n’est que traité par phytothérapie Ohm-Alternative et donc pas vacciné.
    Depuis 15 jours dès le retour de la sérologie, je me suis dirigé vers le laboratoire Loën qui m’a proposé un protocole d’attaque. Mon cheval est un peu mieux mais toujours très fatigué. Hier une acupuncteur ,qui le suit depuis des années, est passée . Ce médecin est super: la même philosophie que moi même. Mais elle m’a évoquée que sans quelques jours d’antibiotique mon cheval ne s’en remettrait pas.
    En lisant votre article j’ai compris que les antibiotiques étaient inefficaces, pouvez-vous me conseiller?
    C’est seulement hier soir que j’ai pris connaissance de votre article en communiquant avec une autre cavalière Valérie Berger qui traite son cheval avec votre protocole, acheté en Allemagne. C’est regrettable que les Bons Cerveaux doivent quitter la France.
    Bien cordialement
    Sophie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *