Cheval dire à ton maire !

De plus en plus de municipalités font appel au cheval pour toute une palette de tâches effectuées jusqu’alors par des engins mécaniques ou avec des objectifs nouveaux : tri et ramassage des ordures ménagères, débardage, arrosage des corbeilles municipales, tonte des parcs, nettoyage des forêts, écopâturage, hersage des pistes cavalières, insertion de personnes en difficulté, patrouille de sécurité, transport de touristes en calèches, transport scolaire et même… équithérapie.


Tonte de gazon sans fuel !
Crédit : Equiterra

Les chevaux peuvent être employés pour répondre à de nombreux besoins des collectivités locales. Une centaine de villes en France font aujourd’hui travailler des équidés. Ces villes ont même leur congrès, dont la 6e édition s’est déroulée en octobre 2008 à Trouville-sur-Mer (Calvados).

Pour la ville organisatrice de l’événement, il s’agit de « ramener du vivant dans la ville », selon le mot d’Ambroise Dupont, président au Sénat du groupe « cheval » et vice-président du conseil général en charge des Equiday’s, une manifestation hippique à laquelle la municipalité participe.

Le cheval n’est pas un gadget : « La difficulté, explique Olivier Linot, directeur général des services de la mairie de Trouville-sur-mer, c’est encore de faire comprendre qu’il ne s’agit pas d’une activité ludique et bucolique mais d’une vraie opportunité sur le plan écologique, bien sûr, mais aussi sur les plans technique, professionnel et social ».

Lyon : collecte hippomobile


Collecte de verre.
Crédit photo : Equiterra.

La ville de Lyon a mis en place une équipe de collecte hippomobile, en 2005, pour le ramassage des corbeilles dans le Parc de la Tête d’Or. Sylvie Sagne, qui travaille au service espaces verts, raconte que « l’équipe a pris la décision d’entrer dans un projet environnemental avec un outil de management au service de la gestion durable qui s’appelle la certification ISO 14001. Cela sert à réduire l’ensemble des impacts de toutes nos activités espaces verts sur l’environnement. Notre projet de traction animale s’est inséré naturellement puisque nous avions déjà ce projet de services au sein de la ville. Résultats : diminution du bruit et de l’émission de gaz à effet de serre, bonne intégration de l’attelage dans un cadre historique, renforcement du lien social entre les usagers et les agents de la ville, revalorisation du travail de ces mêmes agents et maîtrise des coûts d’investissement par l’économie d’un camion benne. Le cheval contribue aussi à la protection des sols (contrairement au tracteur) et au respect de la biodiversité ».

Nyon (Suisse) : accompagnement social et équithérapie

Marco Mora, membre de la Fondation officielle de la jeunesse à la ville de Nyon (Suisse) raconte que « la fondation aide à l’accompagnement éducatif d’enfants, d’adolescents et jeunes adultes, placés par les services sociaux dans des institutions à Genève. L’atelier-classe et traction animale est un externat pédago-éducatif qui peut accueillir des jeunes ayant vécu des difficultés sociales ou psychologiques importantes ».

Avec les chevaux (deux chevaux et une ânesse), l’atelier assure le ramassage des déchets verts au domaine des Ormeaux, l’entretien des parcs de la Fondation FOJ, le tri des déchets et le ramassage des poubelles sur le site, le débardage et le nettoyage de petites forêts privées aux alentours de Genève et des animations diverses pour les villes avoisinantes.

« Nous avons collaboré au Paleo 2008, un festival européen qui reçoit 350 000 personnes, continue M. Mora. On nous a demandé de ramasser les toilettes sèches et les poubelles. On était hébergé sur l’alpage de Potraux, car pour préserver l’approche de la nature et l’idée de développement durable avec les jeunes, on part tout l’été avec eux vivre dans l’alpage. On a le projet, au niveau touristique  de faire une boucle d’environ 5 km (un circuit de quatre châteaux) de mai à septembre 2009, des projets de débardage, d’entretien des prairies, fleuries et vignes et un projet avec la voirie pour la collecte des poubelles et déchets verts du quartier piéton de Nyon. La ville de Coppet nous propose aussi des animations culturelles au Château. Notre atelier propose aussi aux adolescents la thérapie par le cheval. »

Bois de Vincennes : branchages frais pour les girafes

Au Bois de Vincennes, à l’est de Paris (avec un potentiel de 12 millions de visiteurs par an), la ville emploie trois chevaux ardennais et cinq meneurs, en interne, l’atelier a aussi des tâches propres en fonction des saisons : arrosage l’été (300 à 500 arbres), dépressage d’arbustes  et abattage des arbres, tirage de grumes l’hiver, hersage des pistes cavalières, etc. Le ramassage des poubelles dans le Parc floral est à l’étude.

Le service a même fait un essai de tonte avec une tondeuse (mécanique) à lame hélicoïdale. Les girafes du Parc zoologique raffolent des branchages frais qu’il leur apporte. En échange, les vétérinaires du zoo s’occupent de faire les soins et les vaccins des chevaux.


Débardage en terrain difficile. Crédit : Equiterra.
Urbanisme : intégrer le déplacement hippomobile

Une agence d’architecture et d’urbanisme étudie des programmes alternatifs favorisant la biodiversité. « Dans le cadre de l’évolution de la ville de Mordelles (Ille-et-Vilaine), confie Dupeux Philouze, architecte-urbaniste à Rennes, notre travail consiste à accueillir une ZAC (zone d’aménagement concerté) de 50 ha , avec un programme de 2000 habitants, et de 750 logements. Nous voudrions assurer une liaison par un attelage reliant le centre bourg aux deux quartiers Est et Ouest. Il faut vérifier que l’expérience est viable et que l’idée d’utiliser des chevaux est bien adaptée au projet. Les chevaux m’intéressent par l’engagement environnemental qu’il y a avec. Nous sommes dans un secteur agricole que l’on va urbaniser, avec 3000 habitants qui vont arriver en dix ans. J’ai donc une dizaine d’années pour faire aboutir le projet. »
Que les hommes de l’art réfléchissent à inclure du déplacement hippomobile dans de futures ZAC est encourageant.

Fenouillet : « Les policières à cheval vont partout ! »

Fenouillet, au nord de Toulouse, est située en bordure de cours d’eau, avec beaucoup de zones inondables, ni habitées, ni constructibles. « Ces zones étaient assez mal fréquentées, rapporte M. Saint-Paul, de la mairie de Fenouillet (Haute-Garonne) : on y constatait beaucoup de faits délictueux voitures volées, trafic de drogue, prostitution. Pour surveiller les 600 hectares de ces zones, on avait pensé aux motos vertes, aux VTT, mais la constitution des sols, très argileuse, ne s’y prête pas. Étant cavalier, j’ai proposé la création d’une brigade équestre. Le cheval est discret et dissuasif : le maire a retenu mon idée. Notre brigade est composée de 4 agents : un chef de poste, deux cavalières (une policière municipale et une jeune femme embauchée au départ en CES) et un ancien de la Garde républicaine (18 ans d’ancienneté dans la gendarmerie). Les policières à cheval vont partout : elles font la surveillance des parkings, des lotissements, la sortie des écoles ; elles patrouillent en zones vertes, sur terrains durs et mous. Elles sont présentes le week-end sur les ferias, lors des corridas, pour surveiller les parkings. Les résultats obtenus en matière de délinquance sont importants : la baisse de la délinquance chez les jeunes est estimée à 30 % depuis quatre ans. L’avantage le plus flagrant de la brigade équestre, c’est qu’il est un moyen de médiation sociale à travers les enfants ».

Haras nationaux : pour accompagner les projets

Les Haras Nationaux, créés par l’État il y a trois siècles, ont lancé, le 1er janvier 2008, HN Conseil Ingénierie, un cabinet conseil pour accompagner les communes dans la démarche de la mise en place d’un cheval territorial. « Nous proposons des produits clé en main, dit Geneviève de Sainte-Marie : le cheval omnibus, la brigade équestre et le cheval cantonnier ». Il s’agit de favoriser la professionnalisation des projets, en mettant l’accent sur l’innovation technique : étude de faisabilité des tâches à réaliser, des distances, de la superficie à couvrir ; établissement du budget d’investissement et de fonctionnement ; indications sur le type de cheval à employer, le matériel ; aide à l’achat du cheval en fonction des contraintes de la commune ; achat du matériel, suivant les futures activités du cheval (entretien d’espaces verts, arrosage des fleurs, ramassage du verre) ; formation du personnel ; maintenance annuelle au quotidien, etc.

Pour en savoir plus

Haras nationaux : sont présents dans tous les départements de France (20 haras et 110 centres techniques), afin de répondre aux besoins des éleveurs et des détenteurs d’équidés, professionnels ou particuliers, des collectivités territoriales et des entreprises.

Equiterra : association créée en 2005, labellisée « pôle d’excellence rurale », pour valoriser l’utilisation moderne du cheval de trait sur un territoire urbain, en tant qu’acteur du développement durable.

Fectu : Fédération Européenne du Cheval de Trait pour la promotion de son Utilisation www.fectu.org

>> Envoyer un droit de réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *