Alternatives

Cosmétique capillaire naturelle : qui a peur de Gillette Leuwat?

La camerounaise Gillette Leuwat dirige à Paris l’Institut éponyme, un laboratoire cosmétique fabriquant des produits naturels à base d’aliments. L’administration a fait fermer l’établissement durant deux mois, début 2012, pour des motifs discutables. « Une attaque de la concurrence », selon celle que ses clientes, Noires pour la plupart, surnomment la « fée des cheveux ».


Gillette Leuwat devant son institut, rue de Vaugirard à Paris.
Photo : JL ML.

Gillette Leuwat a dû fermer inopinément son institut, installé depuis 2001 au 199 rue de Vaugirard, 15e arrondissement à Paris, durant deux mois en janvier et février 2012, suite à des descentes musclées de la police avec les agents de l’administration (Dgccrf). Selon les autorités, il y avait « danger extrême pour la population de Paris », en raison d’effets indésirables des produits distribués par l’institut. Effets secondaires dénoncés par une lettre anonyme mais dont la gravité paraît sans rapport avec la brutalité de la mesure administrative.

 Ouvertures présente une copie de la lettre qui a servi de motif à la préfecture de police de Paris pour faire fermer d’urgence l’institut capillaire de Mme Leuwat. Non seulement elle est anonyme, non seulement elle n’était pas accompagnée de certificat médical, mais, en outre, rien dans son contenu ne permettait de considérer que le risque était « grave ».

L’arrêté préfectoral de fermeture comportait pas moins de quatorze chefs d’accusation qui ont été établis après une visite des autorités quelques jours auparavant dans le laboratoire de Mme Leuwat. Accusations qui ont été abandonnées après analyse des produits. Seul un défaut d’autorisation de l’Afssaps a finalement été retenu. Autorisation qui n’était pas nécessaire à l’époque et qui a été obtenue par la suite. Mme Leuwat a porté plainte et tente d’obtenir réparation pour ces deux mois de préjudice et de manque à gagner.

Produits de la chimie contre produits naturels

Par delà l’inélégance, c’est le moins qu’on puisse dire, de l’opération policière, cette affaire met au jour deux enjeux importants : une bataille entre deux visions économiques, l’une basée sur l’utilisation de la chimie et l’autre sur les produits naturels ; un vide juridique.

Pour Gillette Leuwat, c’est clair : « Ce n’était pas un banal contrôle : ils m’ont demandé de leur fournir factures et documents douaniers, tous documents nécessaires à la fabrication des produits, etc. Pour moi, c’est une attaque de la concurrence qui a manipulé les services de l’État en faisant passer nos produits pour dangereux. Les sociétés cosmétiques qui commercialisent des produits chimiques, et incitent la population à s’abîmer les cheveux et la peau, voient d’un mauvais œil l’émergence de la cosmétique alimentaire naturelle ».

« Les jeunes filles ne trouvent plus que des vieux  pour sortir avec elles »

De passage il y a une vingtaine d’années dans son pays d’origine, Gillette observe que les femmes arborent de magnifiques crinières et des peaux de belle qualité. Or, ce n’est pas le cas en France où beaucoup de Noires souffrent d’alopécies (chute de cheveux) parfois très prononcées, de démangeaisons et de multiples affections dermatologiques. Pour masquer les dégâts, nombre d’entre elles doivent en conséquence se tresser des mèches ou carrément porter des perruques. « Vous vous rendez compte, s’indigne Gillette Leuwat, comme cela peut jouer sur la vie sexuelle des jeunes filles qui, ainsi abîmées et complexées, ne trouvent plus que des vieux, moins regardant sur ces aspects, pour sortir avec elles ! »

Alopécies et calvities résultant d´opérations de défrisage.

Menant enquête, Gillette découvre que l’utilisation de cosmétiques de synthèse et le lissage des cheveux dévitalisent et sèchent le cheveu, et abîment le cuir chevelu. Elle propose alors une alternative à ces femmes en modernisant les techniques ancestrales africaines de soins pour les cheveux et pour la peau.

Les produits que son institut prépare et commercialise sont composés uniquement de matières naturelles : 90% alimentaires : jus de fruits et de légumes (citron, carotte, aloès, …), huiles de fruits (coco, palmiste, karité…), miel, œuf, etc. Et 10% autres : argile, plantes (jus, huiles essentielles), bois (en particules ou en huile).

Le défrisage : une contrainte culturelle

Ces produits sont conservés sans pasteurisation ni traitements chimiques, selon une méthode développée à partir des coutumes. Ils sont mis en pot dans le laboratoire au sous-sol de l’institut. Produits plutôt de luxe, ils sont appréciés des près de 3000 clientes qui retrouvent grâce à eux, aux dires de Gillette Leuwat, le tonus de leurs de leurs cheveux et l’éclat de leur peau.

Ancienne trader financière diplômée en sciences de la nature, Mme Leuwat explique que les Noirs ont été culturellement amenés à se défriser les cheveux, ce qu’ils font avec des produits qui non seulement finissent par les détériorer, mais aussi peuvent occasionner des dermatoses, des  mycoses, voire des fibromes et des cancers. Ces faits sont peu connus, même si, aujourd’hui, certains médecins déconseillent le défrisage de leurs cheveux aux futures mamans noires.

Réparer des cheveux devenus incoiffablesLa chevelure crépue de naissance est bouclée, ondulée, légèrement raide. Incorrectement nourrie, elle se dessèche et crêpe. Les écailles en kératine de la cuticule, qui normalement s’emboîtent, se relèvent. Conséquence : les cheveux s’emmêlent et forment des nœuds. Leur démêlage provoque des ruptures. Les cheveux prennent alors un aspect rêche et râpent comme des « gratounettes » : ils deviennent incoiffables.

« Le lifting capillaire que propose notre cosmétique alimentaire naturel rend au cheveu souplesse, élasticité et vitesse de repousse normale ». Selon Mme Leuwat, il suffit d’un kit de deux soins alternés de cette cure pour obtenir une texture bouclée et souple, et de cinq à dix kits de soins pour traiter des cheveux longtemps défrisés ou en cas d’alopécie.

Le deuxième enjeu révélé par le cas de Mme Leuwat est celui du vide juridique existant pour les produits « cosmétiques alimentaires naturels », une catégorie encore inconnue par la répression des fraudes ou le système de sécurité sanitaire. « En 2003, l’agent contrôleur de la direction de la répression des fraudes que j’avais rencontré m’avait indiqué qu’en utilisant des composés naturels, je n’entrais pas dans le cadre de la réglementation en vigueur qui régissait plutôt les composés chimiques ou les produits cosmétiques assimilés à des médicaments. Il a même ajouté qu’un cadre allait être créé expressément pour mon activité qui constituait une nouveauté pour ses services ! Je n’avais donc pas besoin de demander une autorisation de l’Afssaps, autorisation que l’on m’a reproché de ne pas avoir lors du récent contrôle ! »

Une vraie « sister » Afro

Un nouveau cadre juridique, à l’échelle européenne, est nécessaire pour intégrer ces nouvelles pratiques. « Le problème, c’est que, au lieu de combattre ceux qui rendent nos clients malades, les pouvoirs publics voudraient nous empêcher de leur venir en aide sous prétexte que nous utilisons des produits, 100% naturels, inoffensifs, qui ne sont évidement pas conformes aux méthodes de fabrication des produits chimiques, qui eux rendent les gens malades ! »

Des clientes disent que « Gillette donne la fierté à tous les Africains et Afro descendants de laisser nos cheveux « Natural ». C’est une joie d’avoir une vraie « sister » afro, un modèle ! »

> Gillette Leuwat sur Youtube.

>> Envoyer un droit de réponse

9 commentaires pour cet article

  1. Il serait temps que l´Etat et les administrations prennent en compte le souhait des concitoyens sur la qualité des produits que l´on peut acheter pour se soigner et se protèger le plus naturellement possible . 

    Comment accèder au site de l´Institut de Gilette LEUWAT?. Et quels sont ses produits ?. 

    Merci de me répondre .

  2. Véritable satisfaction de découvrir cet Institut, indispensable pour  la santé de l´être humain et des cheveux crépus en particulier. Les produits chimiques sont de vrais poisons et je trouve douteux (concourrence déloyale oblige) d´essayer de porter préjudice envers ceux qui tentent de préserver notre santé et  notre bien-être . Par ailleurs, il est urgent de combler ce vide juridique pour éviter que des personnes bien intentionnées soient poursuivies injustement. Depuis très longtemps j´ai arrêté toute utilisation de tous ces produits non recommandables mais il s´avère que le marché des produits naturels pour cheveux crépus et peau noire reste exceptionnel. Aussi j´espère que Gillette Leuwat saura résister à toute pression, en tout cas elle a su montrer sa force dans le cas présent. Encore Bravo. J´irai certainement m´approvisionner et j´en parlerai autour de moi.

  3. j ai tout simplement envie de dire merci beaucoup a gillette leuwat d avoir fait de moi une divine beauté.

    Je ne consomme pas encore ses produits car je suis étudiante et donc je n ai pas beaucoup de moyens.

    J´ai juste participé au sommet de la beauté divine et je suis ressorti divinisée. Les défrissages et autres produits toxiques c est terminé.

    J´encourage beaucoup gillette leuwat à organiser plus de rencontres pour notre peuple qui vit dans l´ignorance et l´aliénation.

    Si elle a pu me sauver, elle peut aussi sauver les 13 millions restants

  4. J´ai tout simplement envie de dire merci beaucoup a gillette leuwat d´avoir fait de moi une divine beauté.

    Je ne consomme pas encore ses produits car je suis étudiante et donc je n´ai pas beaucoup de moyens.

    J´ai juste participé au sommet de la beauté divine et je suis ressortie divinisée. Les défrisages et autres produits toxiques c´est terminé.

    J´encourage beaucoup gillette leuwat à organiser plus de rencontres pour notre peuple qui vit dans l´ignorance et l´aliénation.

    Si elle a pu me sauver, elle peut aussi sauver les 13 millions restants.

  5. Je n’ai pas encore commencé à utiliser les produits de Gillette LEUWATT, mais celà fait 9 ans que j’ai arrêté de me défriser les cheveux suite à des démangeaisons du cuir chevelu.
    J’encourage notre pionnière à continuer le combat pour que chaque femme quelque soit sa couleur, son ethnie (je suis antillaise) à utiliser des produits capillaires qui fortifient les cheveux et le cuir chevelu au lieu de les agresser comme c’est le cas actuellement avec bon nombre de produits en circulation.
    En nous associant à cette première victoire, que nous les femmes et même les hommes pourront dire stop à cette société de consommation qui nous prend pour des cobayes ambulants. Le naturel revient au galop, soyons confiant. Bonne continuation à Gillette LEUWATT et à très bientôt dans sa boutique à PARIS.

  6. Bonjour,
    cela fait des année que je me défrise et il faut dire que pour moi le défrisage est une torture je ne le supporte pas brulée sans arret alors que j utilise des défrisant pour enfant rien que l odeur me donne la nausée. jusqu’ici je pensais n’avoir aucune autre alternative pour mes cheveux pour les rendre malléable et donc facile a coiffer
    Je tiens donc a dire merci à Gilette Leuwat pour ces précieux produits qu’elle a développer pour nous merci de nous rendre belle et naturel.
    mes problèmes capillaire m’ont pousse a lancer un blog ( encore en construction) pour partager moi même mes expériences et diffuser ce genre d ‘informations qui nous rend la vie plus belle. parce que nous aussi nous le valons bien

  7. Les produits sont beaucoup trop chers pour ce que c’est!
    Un pot 100 à 150ml= entre 70 et 150 euros!!!! Souvent Pour 1 application? Certes c’est naturel, mais il faut pas abuser non plus!!! On n’est pas des royalties, mais juste des femmes qui recherchons une solution capillaire, pas à se ruiner juste pour des cheveux!
    4 amies et moi même, on s’est fait un big shop de la marque, il y a quelques temps, 2 anciennes défrisées, 2 jamais défrisées avec cheveux mi long et une avec arrière tête dégarni.
    Résultats au bout de 2 ans : la nature des cheveux a changé pour toutes, de manière plus significative pour les non défrisées que les défrisées, c’est à dire souple. Celle qui est dégarnie à l’arrière, à récupérer 20% de cheveux donc bof.
    Mais Super déçues sur la définition des boucles et encore plus sur la pousse, car je me dis quand même au bout de 2 ans (sachant que les cheveux afros poussent hyper méga lentement) avoir un moyenne de pousse de 6 à 10 cm au bout de 2 ans, c’est comme si on avait rien utilisé, nous estimons que les produits n’y sont pour rien du tout , c’est une pousse normale. Alors faire l’apologie de ces produits miracles accélérateur de pousse, faut pas abuser et exagérer non plus, enfin peut être certaines en sont satisfaites tant mieux pour elles, mais dans ces cas là qu’elles montrent leur superbes chevelures longues que l’on ne voit nulle part sur la toile!
    Environ 10 kits pour environ 2000 euros plus les à cotés selon le problème de chacun et la nature de nos cheveux sur 2 ans, donc entre 2000 et 3500 euros chacune pour ces résultats là!!!! Nous ça nous reste en travers de la gorge!
    Un démêlant lambda à 50 euros aurait aussi bien fait l’affaire…

  8. J’ai le pressentiment que cette lettre a été faite par une autre entreprise œuvrant dans le monde du cosmétique, et qui ne supporte pas la concurrence. L’Administration se doit de prévenir tout trouble à l’ordre public, mais la mesure prise doit être suivie d’une enquête plus approfondie. Ils ne peuvent pas se baser sur une lettre anonyme pour condamner une entreprise à la fermeture. En plus, vu qu’elle est anonyme, n’importe qui aurait pu l’écrire, même une personne qui n’utilise même pas les produits naturels de Gillette Leuwat. Cette dernière peut demander au juge administratif d’annuler la décision du préfet pour excès de pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *