Guerre de l’information

Google doit-il filtrer les théories non validées scientifiquement ou marginales ?

Doit-on donner aux moteurs de recherche la responsabilité de filtrer l’information pour ne laisser passer que des informations scientifiquement crédibles ? Telle est la question qu’un éditorialiste américain souhaite que Google inscrive dans ses résultats de recherche quand celle-ci débouche sur l’activisme antivaccinal, la théorie du complot du 9/11 ou d’autres convictions marginales. Et vous, qu’en pensez-vous?

Evgeny Morozov.

Est-ce de la responsabilité du moteur de recherche géant d’aider à « arrêter la propagation » d’informations contestataires non validées par le consensus scientifique ou marginales ? La question est très sérieusement posée par Evgeny Morozov, éditorialiste à New Republic, dans un article paru sur Slate.

Voici quelques extraits de cet article, traduits par initiativecitoyenne qui relaie l’information :

« Les gens qui nient le réchauffement climatique, s’opposent à la théorie darwinienne de l’évolution, refusent de voir le lien entre VIH et Sida, ou qui pensent que le 9/11 a été une affaire intérieure profitent royalement d’Internet. Les facilités que permet Internet, ainsi que des tendances de plus en plus sceptiques par rapport à l’expertise scientifique, sont autant d’éléments qui ont donné aux anti-vaccinalistes un fameux coup de pouce.

« Que faire ?

« Étant donné que la censure des moteurs de recherche n’est pas une option attrayante, voire particulièrement viable, que peut-on faire pour s’assurer que les utilisateurs soient finalement informés que les avis pseudo-scientifiques sur lesquels ils tomberont vraisemblablement puissent ne pas être soutenus par la science ?

« Les options ne sont pas nombreuses. La première consisterait à former les navigateurs à détecter les informations suspectes ou litigieuses. Ainsi par exemple, chaque fois qu’une information du genre de « la vaccination peut entraîner l’autisme » apparaîtrait, cette phrase pourrait s’afficher en rouge et serait accompagnée d’un avis suggérant de consulter des sources plus fiables…

« Une autre option consisterait à pousser les moteurs de recherche à exercer un contrôle plus sévère dans la présentation des résultats de recherche pour des questions comme « le réchauffement de la planète » ou les « vaccinations ».

« Tout cela pourrait paraître paternaliste, mais il s’agit ici d’un paternalisme non intrusif qui permettrait de sauver des vies sans interférer avec les résultats de la recherche. Il paraît clair que de telles mesures pourraient être qualifiées de théories du complot comme par exemple : est-ce que Google ne serait pas à la solde de Big Pharma ?

« C’est un risque à prendre, conclut le journaliste, pour autant que ces mesures puissent aider à contrecarrer la croissance de ces mouvements sociaux… »

Qui est Evgeny Morozov ?

Evgeny Morozov écrit dans de nombreuses revues et quotidiens. Auteur en 2011 de The Net Delusion : The Dark Side of Internet Freedom (Public Affairs éditeur) ( » L’illusion d’Internet : la face sombre de la liberté », non traduit en français), il est connu pour son grand scepticisme à l’égard des bienfaits supposés du réseau. Il voit surtout les risques que la puissance d’Internet soit utilisée pour surveiller ou réprimer les populations, et répandre les nationalismes et les propagandes extrémistes.

Les idées de Morozov sont regardées avec bienveillance par le site vaccinews (site édité par un groupe européen de chercheurs et d’experts indépendants) qui fait toutefois remarquer que « si les médecins et les officiels de santé publique s’étaient assurés depuis le début d’une solide présence sur Internet pour contrer ces fausses affirmations de la part des négationnistes des vaccins, nous n’aurions pas à compter sur Google pour remettre de l’ordre dans cette pagaille… »

Quant à Initiative citoyenne, l’association pointe le risque de dérives graves sur le plan démocratique. D’autant plus que la « neutralité du Net » est un principe majeur qui a présidé à la création du réseau des réseaux. Elle souligne par ailleurs : « Si les partisans des vaccins à tout crin avaient réellement toutes les preuves scientifiques nécessaires, solides et donc convaincantes, il est bien évident qu’ils n’auraient aucun besoin de vouloir dégommer les sites posant les terribles questions qui fâchent parce que leurs grands experts ne savent tout simplement pas y répondre. »

>>Demander à Google de devenir un filtre en faveur d’une « vérité établie » contredit le fonctionnement même d’internet comme espace démocratique, libre d’accès. Chacun est libre de s’exprimer librement, dans les limites fixées par la loi. Aussi, l’ensemble des sources d’information disponibles sur internet représente une diversité bien plus grande que celle permise par les médias traditionnels, ce qui constitue un progrès démocratique notable.
L’inventeur du World Wide Web, Tim Berners-Lee, explique que garantir la neutralité du Net permet de réguler le réseau comme un bien public, une idée qui a présidé au développement des technologies qui composent Internet, tel que le Web :
« Sur un plan conceptuel, si le Web était destiné à devenir une ressource universelle, il devait se développer sans entraves. Techniquement, il suffisait d’un seul point de réglementation centralisée pour que ceci devienne rapidement un goulot d’étranglement limitant le développement du Web, et le Web n’aurait jamais pu se développer. » Ainsi, filtrer une partie du contenu, au nom de la « vérité », est une proposition lourde de conséquences. Ce serait potentiellement le premier pas vers une sclérose du réseau.

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

6 commentaires pour cet article

  1. « serait accompagnée d’un avis suggérant de consulter des sources plus fiables » => quelles sont les sources fiables pour vous? Par exemple sur le OGM, qui faut-il écouter?
    Et sur l’affaire Karachi, fallait-il censurer les premiers qui disaient que la version officielle paraissait peu crédible?
    Sur la mort de Kennedy, faut-il sanctionner ceux qui disent qu’Oswald n’a pas agit seul?
    Sur le 11-Septembre, pouvez-vous nous garantir que les explications qui nous ont été données correspondent à la réalité?

    A l’époque de Galilée, il y avait aussi des gens pour dire qu’il fallait filtrer ceux qui disaient que la terre n’était pas vraiment plate, ne reproduisons pas les erreurs du passé

  2. Ce que j’en pense ? L’appareil déductif, logique et rationnel est limité. Aussi, toutes les théories, qu’elles soient mainstream ou marginales, sont limitées. Une information basée sur une théorie est donc elle-même limitée. C’est tout.

  3. Un pas de plus vers la censure de l’outil le plus démocratique qui soit ! Rassurons-nous, il est trop tard, ils n’y arriveront pas…
    Sinon, je n’ai plus qu’à fermer mon blog 🙂
    Chris, responsable Echo-Zen

  4. « La liberté ne s’use que si l’on censure! »
    Les dictateurs ou despotes en herbe ne manquent pas!
    Ah! Il serait « beau » le Monde si seuls les dominés du chapeau avaient le droit de s’exprimer!

  5. Non, Google ne doit pas être juge, il faut le considérer comme ce qu’il est, un moteur de recherches de l’Internet impliquant, de par la nature de ce dernier, que l’on puisse y trouver des théories farfelues comme marginales.

  6. Quand on voit la délibération des idées conspirationnistes dangereuses oui Google se doit de filtrer des théories non validées scientifiquement et marginales dès l’instant où il peut y avoir des liens avec le racisme, l’handicap ou l’homophobie dont les propos et les actes sont punis par la loi. Certains gourous et autres énergumènes racistes et conspirationnistes en tout genre ne doivent certainement pas être au-dessus des lois sur internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *