Google+ : les professionnels intéressés mais à la recherche d´usages

Avec 40 millions d’utilisateurs dans le monde en octobre 2011 (3 millions en France) et 3,4 milliards de photos partagées (dont > 50% par mobile), la nouvelle plateforme Google+ s’installe dans le paysage du réseautage social. Une équipe de Google France a évoqué les spécificités et les avantages de cet outil devant les membres du Social Média Club (SMC).


Clément Wolf, communication, et Pauline Butor, développement G+
chez Google France.
Photo : JL ML.

« Nous voulons créer des liens, diffuser l’approche sociale dans tous les produits Google, explique Clément Wolf, responsable relations publiques et communication d’entreprise chez Google France. Nous cherchons à créer des liens entre l’ensemble des fonctions proposées par notre groupe. Google+ a vocation à être la colonne vertébrale de toute notre offre. Il est encore en phase de développement, avec une innovation par jour depuis son lancement fin juin 2011. »

« Google+ est plus qu’une nouvelle plateforme de réseau social, surenchérit Pauline Butor, account manager en charge du développement de Google+ en France. En l’intégrant dans l’écosystème Google, nous marquons notre volonté de rendre tout le web social. Pour ressembler à la vraie vie. C’est vraiment une révolution. »

Les représentants de la célèbre firme californienne ont rencontré des membres du Social Média Club le mardi 10 janvier 2012 à Paris. Le SMC a pour mission de « connecter les professionnels des médias sociaux (communication, presse, entreprises) qui utilisent des logiques communautaires dans la création ou dans la diffusion de leurs contenus ».

Community managers en entreprise ou dans les médias, la plupart de la trentaine des personnes présentes utilisent Google+. Si l’engouement a été certain au moment du lancement, il semble qu’aujourd’hui, ils soient dans une position attentiste, cherchant comment en tirer le meilleur parti.

Stanislas Hannoun, responsable social media au Nouvel Observateur, était assez intéressé par le projet. Il avait même obtenu un partenariat exclusif avec Google. Après un intérêt assez marqué au départ par la rédaction, l´usage de G+ s’est ralenti jusqu’à rester un mois entier sans aucun post. « Google+ est plus ergonomique que Facebook, mais les journalistes ne sont pas encore séduits, explique-t-il. La fonction « vidéo-bulle » (hangout) est très prometteuse mais est encore délicate à manier pour nos usages. »

Clément Wolf fait remarquer que Google+ incitera sans doute les utilisateurs professionnels à dégager de nouvelles ressources en interne pour le gérer, comme cela existe déjà pour les d’autres réseaux sociaux. Il a précisé que la plateforme n’est pas monétisée : « Aucun programme d’intégration de la publicité n’est envisagé ». Et que l’interdiction des pseudonymes sera sans doute levée : les conditions de la diffusion de l’information au cours de la révolution arabe ont fait changer d’avis l’entreprise de Mountain View…

Un représentant de France-Télévisions/France5 dit être très intéressé, bien que, pour l’heure, les pages Google+ soient vides : « La fonction « cercles » nous permettra d’apporter de la proximité autour de nos programmes. Nous avons besoin de travailler l’identité de notre marque. Les émissions sont de bons outils pour cela. Agréger des internautes dans des cercles autour d’elles valorisera la marque dans son ensemble. »

>> Envoyer un droit de réponse

1 commentaire pour cet article

  1. Bonjour,je suis étudiante en doctorat de psychologie à l´Université.  Je me permets de vous adresser ce mail car je cherche à diffuser une enquête anonyme de recherche sur la santé au travail. En effet, pour les besoins de mon enquête il faudrait que je dispose d´environ 250 participants qui se connectent à partir de mon lien (ci-joint, ci-dessous) mais je peine à les trouver. Aussi je vous serais très reconnaissante et cela m´aiderait beaucoup si vous pouviez passer et diffuser le lien via vos contacts mails et sur tous types de blogs ou sites où l´on peut toucher des salariés du public ou du privé.Voici ci-dessous le lien électronique de l´enquête si vous voulez nous aider (la passation dure 20 minutes) :
    http://acasaucau.com/enquete.html

    En échange et si cela vous intéresse je peux vous envoyer aussi une synthèse des données recueillies par l´enquête.

    Merci bien de votre soutien, bien respectueusement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>