Controverse

Homéopathie : la reconnaissance par la Suisse fait des vagues

En Suisse, le rapport d’un service gouvernemental qualifie les traitements homéopathiques d’efficaces et économiquement intéressants, provoquant la réaction outrée d’un spécialiste de l’éthique médicale opposé à l´homéopathie. La récente traduction en français du texte du Dr Shaw par un bloggeur a mis la controverse sur la place publique.

La cause de l’homéopathie en Suisse a fait un pas de plus, après sa réinclusion dans l’assurance maladie depuis le 1er janvier 2012, avec la publication au printemps dernier, à la suite d´un référendum (voir notre article), du rapport intitutlé « Homéopathie dans la santé : efficacité, pertinence, sécurité, coût », dirigé par le docteur Gudrun Bornhöft et le professeur Peter F. Matthiessen.

Il s´agit de la plus vaste étude jamais réalisée par une entité officielle sur l’homéopathie. Elle conclut non seulement que l’homéopathie fonctionne, mais également qu’elle est plus économique que la médecine conventionnelle. Ses auteurs recommandent donc son remboursement par la Sécurité sociale suisse.

La réalisation de l’étude avait été confiée au Swiss Network for Technology Health Assessment, un service créé en 1999 par le gouvernement fédéral suisse pour évaluer l’efficacité des investissements dans le domaine de la santé.

« Preuves cliniques »

L’organisme suisse a revu en détail toutes les études majeures réalisées sur l’homéopathie à l’échelle internationale :
– les recherches précliniques les plus importantes sur des lignées de cellules humaines, des plantes et des animaux, ainsi que les études biochimiques ;
– les essais sur l’homme, selon la règle du « double-aveugle randomisé et contrôlé par placebo » ;
– les méta-analyses, les études épidémiologiques et enfin les « systematic reviews » (résumés de toutes les données scientifiques valides).
Les investigations ont montré, selon l’étude, que les remèdes homéopathiques à haute dilution provoquent « des modifications spécifiques et régulatives dans les cellules ou les organismes vivants ».
Le rapport  soutient que l’efficacité de l’homéopathie « peut être confirmée par des preuves cliniques » et « considérée comme sûre ». Pratiquée correctement, « l’homéopathie classique a peu d’effets secondaires et l’utilisation de hautes dilutions n’a aucun effet toxique ».

Moins d’effets secondaires

Bornhöft et Matthiessen concluent qu´il y avait « assez de preuves en faveur de l’efficacité clinique de l’homéopathie, de son absence de nocivité et de son caractère économique par rapport aux traitements conventionnels ».
Parallèlement, le gouvernement suisse a aussi étudié si l’homéopathie était une source d´économies ou au contraire de dépenses supplémentaires, en étudiant les données des assureurs suisses et tous les coûts des consultations, des médicaments, des physiothérapies et des analyses de laboratoire.
Il est apparu que les médecins spécialisés en homéopathie coûtent au minimum 15 % en moins que les médecins conventionnels, que l’homéopathie conduit à moins de dépendance vis-à-vis des médicaments, qu’elle réduit aussi le coût des hospitalisations et que les personnes qui se soignent à l’homéopathie ont moins d’effets secondaires et une meilleure relation avec leur médecin.

Un rapport « scientifiquement, logiquement et moralement erroné »

Un tel bilan a fait bondir David Martin Shaw, chercheur à l´Institut de bioéthique et d´éthique médicale de l´Université de Bâle, qui a violemment critiqué l’étude en question dans la revue Swiss Medical Weekly. Selon lui, le rapport est « scientifiquement, logiquement et moralement erroné : il ne contient pas de nouveaux faits et interprète de manière erronée des études précédemment dénoncées comme étant faibles, il crée un nouveau standard de preuve conçu pour faire apparaître l’homéopathie comme efficace, et il tente de discréditer les essais contrôlés randomisés comme étalon-or de la preuve. Plus important encore, presque tous les auteurs ont des conflits d´intérêts, en dépit de leurs affirmations selon lesquels il n´en existe pas. Entre autres, ce rapport prouve que les homéopathes sont prêts à fausser les preuves afin de soutenir leurs croyances, et ses auteurs semblent avoir violé les principes des Académies suisses des sciences régissant l’intégrité scientifique ».
David Shaw regrette, dans une déclaration au journal Der Sonntag, que, depuis sa publication au printemps, l’étude soit utilisée à l’étranger comme une preuve « neutre » de l’efficacité de l’homéopathie. Les liens entre l’étude et les autorités suisses font croire que le document provient du gouvernement, soutient-il. Or, elle fait seulement partie d’un programme de recherche national. En conséquence, il demande aux autorités de prendre leurs distances avec ce rapport.

Un protocole homéopathique indien contre le cancer encouragé par un institut officiel américain


Les docteurs Banerji père et fils.

Les résultats obtenus contre des cancers par plusieurs cliniques homéopathiques de Calcutta, en Inde, ont fait l’objet en 2008 d’un rapport de la Prasanta Banerji Homeopathic Research Foundation (source : article du spécialiste Bryan Hubbard, publiée en version originale dans la revue anglaise WDDTY en mai 2012 et reproduite sur santenatureinnovation). Selon ce rapport, l’homéopathie serait capable à elle seule de guérir ou, du moins, de stabiliser 40 % de tous les cancers, un taux de réussite qui équivaut aux meilleurs résultats obtenus avec des traitements conventionnels, et ce sans subir les effets invalidants de la chimiothérapie et de la radiothérapie !
Des laboratoires indépendants ont étudié la thérapie homéopathique de cette Banerji Foundation. Deux des remèdes utilisés, Carcinosin (ou Carcinosinum) et Phytolaccadecandra, se sont avérés aussi efficaces contre le cancer du sein que le TaxolA prescrit en chimiothérapie (source : International Journal of Oncology, 2010).
Le travail de la fondation indienne a attiré l’attention des Occidentaux en 1995 quand le docteur Prasanta Banerji et son fils, le docteur Pratip Banerji, ont présenté une étude de seize cas de tumeur du cerveau ayant régressé en utilisant uniquement des traitements homéopathiques lors de la 5e Conférence internationale de recherche contre le cancer. Une collaboration s’est alors engagée avec le docteur Sen Pathak, professeur en biologie cellulaire et en génétique au centre contre le cancer MD Anderson de l’université du Texas à Houston.
En 1999, l´Institut national contre le cancer (NCI) américain a évalué les effets du protocole Banerji sur dix patients atteints de différents types de cancers. Il a conclu qu’il existait une preuve suffisante d’efficacité pour poursuivre les recherches sur ce protocole. C’était la première fois qu’aux États-Unis un organisme de santé officiel travaillait sur une thérapie alternative pour traiter le cancer (source : Oncology Reports, 2008).

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

12 commentaires pour cet article

  1. Qui est David Martin Shaw? L’article nous dit qu’il est chercheur à l´Institut de bioéthique et d´éthique médicale de l´Université de Bâle, et qu’il réagit violemment pour discréditer avec autorité plus de dix années d’études des autorités helvétiques visant à dresser le bilan de la pratique homéopathique?
    Quand je reprends les arguments de Mr Shaw, moi qui ai découvert l’homéopathie et le bon médecin homéopathe il y a plus de 45 ans alors que ma santé était loin d’être un long fleuve tranquille, je comprend parfaitement les hommes et les femmes qui ne veulent plus faire confiance à l’allopathie, ce qui n’est pas bon non plus. Je ne fais en tous cas pas confiance à Mr Shaw qui n’est pas médecin, et de mon point de vue a plus un raisonnement scientiste que scientifique.

  2. Quelle fermeture d’esprit!225 ans de recherches et de résultats confirmés dans les officines de par le monde,30M matières médicales publiées,200M médecins de toutes les souches ridiculisés et bafoués du revers de la main,mais pourquoi, qui s’acharne de la sorte sur cette science qui sauvera l’humanité bientôt.
    Se poser la question, c’est y répondre très aisément
    Ceux qui ne perçoivent les maladies humaine et le monde que par des molécules brevetées ne comprendrons jamais cette science extraordinaire qu’est l’homéopathie
    Leur temps est révolu

  3. Ma grand mère née en 1905 a utilisé l’homéopathie toute sa vie ,
    Elle est décédée à 99 ans.
    Ainsi que ma mère, mon fils et moi même,
    J’ai fait 1 fois le vaccin anti grippal, c’est la seule année
    Où j’ai fait la grippe… Depuis je prends en prévention
    Oscillococcinum et je ne suis plus jamais malade
    l’hiver. pourquoi ils s’acharnent de la sorte? Allez voir le film
    Thrive sur you tube, vous comprendrez mieux….!

  4. l’homéopathie est belle et bien une vraie médecine humaine . le Pr Jacques Benveniste a démontré et prouver la théorie de la mémoire d’eau , démentie par les allopathes . De mon expérience personnel , j’ai découvert l’homéopathie depuis 15 ans , et depuis je me traite ainsi que ma famille et des amis proches par cette approche . J’avoue sur l’honneur que depuis ,je me suis rendu chez le médecin que deux fois pour des complications dont j’ai bien voulu connaitre l’éthologie de la maladie . Quant à la grippe et toute la panoplie des maladies de l’hiver , et benh , j’ai dis adieu ( belladonna , mercurius , apis mellifica , ossilococcinum , dulcamara , aconit …….) en font de très agréable remèdes hivernales .Pour les engelures , il n’y a pas de mieux et aussi efficace que : agaricus 9 ch ;je me souviens que j’ai donné Allium Cepa 5 ch à une jeune fille d’une proche qui avait un écoulement nasale , les résultat été étonnantes , dans les 7 mn tout cessait .En bref , l’homéopathie est une médecine non rentable pour tous , c’est pourquoi , on l’admet pas comme une thérapeutique conventionnelle .

  5. En réponse à palm beech,je lui signale que l’homéopathie peut etre nocive.Je la pratique depuis plus de 30 ans,et je peut témoigner que,bien que ce soit une médecine formidablement efficace,les effets indésirables sont très nombreux,encore plus qu’en médecine classique.Mais on ne s’en aperçoit généralement pas ,parce que ces effets indésirables ne sont pas dus à la toxicité des remèdes,mais à des déplacements de toxines dans l’organisme.Et ces effets indésirables correspondent généralement à des symptômes que le malade a(ou avait dans le passé) l’habitude d’avoir.Ce qui fait que pour lui,cela n’est pas du au remède homéo,alors que cela est en fait le cas!
    Cependant,ces effets indésirables peuvent etre favorables ou défavorables.Tout, dépends des lois de Hering(voir sur internet si vous ne connaissez pas).
    Le fait de ne plus avoir de grippe n’est pas forcément en homéopathie un élément favorable(voir à ce sujet le livre « les niveaux de santé » de Georges Vithoulkas).De meme,le fait d’avoir fait cesser un écoulement nasal avec allium cepa,peut etre catastrophique.Il est temps qu’on arrète de penser que l’homéopathie,au cas ou elle ne fait, pas de bien,ne fera de toute façon pas de mal.L’homéopathie,mal faite,peut etre encore plus nocive que les drogues chimiques,surtout sur les malades graves.Et c’est pareil pour toutes les autres médecines écologiques(oligo éléments,organothérapie,traitements anticancéreux tels que l’ionocinèse,Vernes,beljanski,etc(voir sur internet si vous ne connaissez pas).Tous ces traitements peuvent si mal faits »rentrer la maladie »,bloquer les émontoires et les défenses immunitaires,etc.>Il faut etre très compétent pour les pratiquer.

  6. Ping : preuves scientifiques | homeo-pat

  7. Je me soigne par homéopathie et pour la grippe depuis plus de 12 ans aucun probléme j’ai 64 ans et mon mari 68 ans, la trousse des produits est vaste mais déjà faut il savoir utiliser les bonnes dilutions et passer à un autre si pas d’amélioration avec le premier, c’est pour cela qu’il faut voir un homéopathe, chaque personne est différente. Je me rapelle d’une angine blanche avec une température de 41°, allergique aux antibiotiques c’est là que j’ai consulté pour la premiére fois!! le lendemain plus de fievre, plus de probléme de gorge et plus de fatigue, j’étais sur pieds en deux jours, à cette èpoque j’avais 39 ans et depuis je continue. Le probléme est que pour certaines personnes ne savent pas l’utiliser trop de contrainte 1/4 d’heure avant tout aliments et boisons sauf l’eau ou 1 heure aprés tout aliments et boisons, c’est plus facile d’avaler des médicaments on donne sa carte vital et ope l’affaire est faite! enrichir les laboratoires c’est chouette, évitez surtout de lire la liste des effets secondaire bon courage à tous. Ceux qui cherchent à vous décourager sont de mèche avec les laboratoires, trop d’argent sont en jeux vous avez un problème alors médicament et c’est là que vous devenez un client à vie alors que vous auriez pu vous soigner plus facilement et sans suite !! Vous êtes de trop bons clients!!! avec toutes les recherches que j’ai fait je peux vous dire qu’ils aurons toujours raisons surtout en France. La Suisse l’a reconnu et d’autres pays de mème. Soigner même les graves problèmes mais tout est discutable. C’est votre santé. Pensez à voir un professionnel homéopathe vous éviterez de mauvaises surprises plus tard !!! Quand on voie qu’ils font maintenant la publicité sur les écrans de télévision en plus pour enfants!!! Ils se font des clients trés jeunes comme pour la cigarette , mais où l’on va sachant que les médicaments sont en vente libre et peuvent être encore plus dangereux pour votre santé. Vous verrez petit à petit l’homéopathie, plantes naturels et les huiles essentiels seront reconnu plus tard mais se sera trop tard pour certains. Exemple: dépression on prends des médicaments, mal de têtes médicaments, mal de ventre médicaments, nez qui coule médicaments, constipation médicaments, tendinite médicaments ……………et j’en passe

      • Malheureusement Jean-Luc, beaucoup d’esprits fermés et limités ne peuvent comprendre ces faits et s’accrochent aux mécanismes moléculaires comme seule possibilité pour l’humanité et cela même quand des chercheurs de renommé mondiale accordent des crédits à cette science qui remet en question notre compréhension de la vie. Ils me font penser au grands prêtres qui ont brûlés et assassinés les premiers prétendant de la terre ronde, c’est exactement le même scénario. Pauvre eux, pardonnez-leurs, car ils ne savent pas ce qu’ils font.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *