Energies renouvelables

India One, la première centrale solaire bâtie par une organisation spirituelle

Depuis 1992, le World Renewal Spiritual Trust (WRST), association fille de l´organisation spirituelle indienne Brahma Kumaris, s’est lancé dans l’aventure des énergies renouvelables. Dans le Rajasthan, on lui doit la plus grande cuisine solaire d´Asie, avec 40 000 repas jour. Son autre projet, India One, sort actuellement de terre.



 Le projet India One sort de terre dans le Radjasthan. Photo WRST.

En Inde, société traditionnelle par excellence, l’action sociale passe volontiers par des ONG environnementales et humanitaires, qualifiées à l’Ouest de religieuses ou spirituelles. Leur efficacité n’en est pas moins bonne.

1992, Sommet de Rio. C´est aussi une date marquante pour le World Renewal Spiritual Trust (WRST), un groupement impliqué dans l´humanitaire et la recherche sur les énergies solaires, qui dépend de l´organisation Brahma Kumaris (voir notre encadré). Ce groupement est alors en train de tester une éolienne et de bâtir une maison solaire expérimentale à Mount Abu, un village du Rajasthan. Vingt ans plus tard, le siège de l’institution s’est équipé de paraboles et de panneaux photovoltaïques.


Paraboles alimentant la plus grande cuisine solaire d´Asie.
Photo WRST.

Les paraboles permettent de cuire jusqu’à 40 000 repas par jour grâce aux plus grandes cuisines solaires d’Asie, tandis que les cellules photovoltaïques accumulent l´énergie de la lumière solaire dans des batteries pour alimenter les équipements de faible consommation (ordinateurs, éclairages de secours, etc.).

India one, une centrale solaire de 1 MW (mégawatt), sort de terre

Depuis 2010, le WRST s´est lancé dans la construction d’une véritable centrale solaire thermique : « India One ». Il s’agit de fabriquer et d´installer 770 paraboles de 60 m2 chacune, sur une surface très reserrée d’une dizaine d’hectares (la superficie d´un carré de 316 m de côté). La technologie retenue, mise au point par Wolfgang Scheffler et des techniciens allemands et indiens, est éprouvée. Elle consiste à chauffer de l´eau pour produire de la vapeur à moyenne pression (45 bars à 250°C). Celle-ci, une fois le chantier terminé, activera une turbine pouvant fournir 1 MW d´électricité jour et nuit sans interruption. Pour valoriser le terrain, le WRST a fait planter 1 500 arbres. Une étude est en cours visant à utiliser les allées séparant les lignes de paraboles pour de l´agriculture biologique.

En 2011, le WRST a été officiellement reconnu par le ministère indien de la science et de la technologie comme une organisation de recherche scientifique et industrielle (Siro : Scientific and Industrial Research Organisation). En conséquence, ce projet expérimental en énergies renouvelables favorable à l´indépendance énergétique du pays, est financé en partenariat par WRST, le ministère et des industriels indiens.

L’inauguration de l’usine est prévue dans le courant de l’année 2013.  


India One : principales caractéristiques techniques

 Surface du terrain

 10 ha

 Nombre de paraboles

 770

 Surface d’une parabole

 60 m2

 Surface des miroirs

 46 000 m2

 Budget 

 Environ 11 millions d´euros

Une production 24 heures sur 24

Ce projet de centrale électrique solaire est le premier de ce type en Inde qui utilise la chaleur au lieu de la lumière solaire (il ne s´agit pas de panneaux photovoltaïques). La difficulté consistait à trouver un moyen de stocker cette chaleur pour que la production soit possible 24 heures sur 24.

Le principe retenu est le suivant : les rayons solaires reçus par chaque parabole sont focalisés sur un cylindre d´acier de 3 tonnes, qui accumule la chaleur à plusieurs centaines de degrés. La masse des cylindres accumule suffisamment de chaleur pour chauffer l’eau et la transformer en vapeur et ainsi alimenter la turbine pendant 16 heures.

Bien entendu, cette technologie est particulièrement appropriée dans des régions où l’ensoleillement est d’une dizaine de mois par an, parfois plus (voir cet article plus détaillé sur les énergies solaires thermiques).


La parabole concentre les rayons solaires sur un cylindre de 3 tonnes d’acier qui accumule
la chaleur à plusieurs centaines de degré.
Photo WRST.

Le projet de centrale solaire emploie 250 personnes

Soucieux de son rôle en matière de développement humain, le WRST, actif dans les énergies renouvelables, est aussi un acteur social. Aujourd’hui, dans la phase la plus intense des travaux, il emploie environ 250 personnes à la construction de l’usine solaire qui durera encore un an. Les matériaux sont achetés en gros, acier et verre principalement, et montés par des techniciens très spécialisés venus de toute l’Inde.

Chaque pied supportant une parabole représente environ 3 tonnes d’acier. On imagine que la construction de ces supports nécessite un personnel hautement qualifié, notamment pour la coupe et la pose des centaines de pièces de verre qui constituent une parabole. L’inauguration de l’usine est prévue dans le courant de l’année 2013.

L´inde vise 20 000 MW en 2022

L´énergie solaire est actuellement en plein développement en Inde. Dernièrement, une filiale d´Areva a signé avec Reliance power pour la construction au Radjasthan de deux centrales d´une puissance bien supérieure à celle d´India One : 250 MW… L´inde a prévu d´accroître de 20 000 MW sa capacité de production d´énergie solaire d´ici à 2022 ! Par comparaison (même si les climats et les superficies des deux pays sont différents) le Grenelle de l’environnement a fixé pour la France un objectif de 5 400 MW en 2020.

Le projet porté par Brahma Kumaris, quoique modeste comparé aux besoins énergétiques de l´Inde, n´en reste pas moins impressionnant, car difficile à imaginer en France émanant d´une organisation associative.

Brahma Kumaris, un rassemblement à Paris fin mai 2012

A l’occasion de la visite de la doyenne de l’organisation, Brahma Kumaris France organise une conférence intitulée « Autour de Dadi Janki », mercredi 30 mai 2012 à 19 heures, au cinéma Publicis des Champs-Elysées. Les intervenants partageront leur perception du rôle de la spiritualité, des femmes, de l’environnement, nos droits et responsabilités.

Jeudi 31 mai à 19 heures, Joaquim Pilz, chef de projet de India One, présentera les travaux en énergie solaire réalisés par le WRST en Inde et l’état d’esprit qui les anime, la relation esprit et matière. La conférence se déroulera au siège de Brahma Kumaris France, 74 rue Orfila, Paris 20e.

L’organisation est née en Inde en 1936, dans une région située aujourd’hui au Pakistan (Karachi, province du Sindh). Elle s’est développée à l’extérieur de l’Inde à partir des années 70. Une première antenne s’est ouverte à Paris en 1980.

Pour Brahma Kumaris, l’évolution de la société dépend essentiellement de l’évolution de notre état d’esprit. Elle enseigne l’ancien Raja Yoga de l’Inde, différent des enseignements classiques de Patanjali et différent de la religion hindoue. L´ancien Raja Yoga s´apparente à une spiritualité vivante plutôt qu´à une religion.

> En savoir plus :  www.autourde-dadijanki.fr

>> Envoyer un droit de réponse

1 commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *