Maladies chroniques

Infections froides : « un microbe = une maladie », la fin d´un paradigme ?

DOSSIER

La maladie de Lyme n´est pas la seule pathologie posant des problèmes de diagnostic au corps médical, ce qui entraine des parcours de soin interminables comme celui de Judith Albertat (voir notre article). Le groupe de chercheurs et de médecins Chronimed s´est rassemblé autour de ce problème des « infections froides ».


Dominique Rueff.

La maladie de Lyme bouscule le paradigme médical actuel. Un microbe = une maladie, cela ne marche plus pour expliquer les causes de cette pathologie qui englobe plusieurs maladies et symptômes et sans soute aussi des co-infections (la bactérie borrélia ne serait pas la seule en cause).

« Le malade est un puzzle qui est mis en pièces détachées par les spécialistes. On nous voit par petits bouts sans possibilité de relier les symptômes. Beaucoup de médecins ne veulent pas se remettre en question, tant leur formation et leur bagage universitaire les a pétris de certitudes », témoigne Judith Albertat.

« En 2012, les choses commencent à changer : on ne peut plus accéder à la pathologie globale d´une personne sans prendre en compte son environnement », explique le docteur Dominique Rueff,  président de l´Association pour le développement de la médecine ortho-moléculaire (Adno). Il vient de signer la préface du livre de Judith Albertat, « Maladie de Lyme, mon parcours pour retrouver la santé ».

« Il faut tenir compte aussi bien des spécificités actuelles de l’alimentation industrielle, dont peu de gens ont conscience, car il s’agit d’une situation absolument nouvelle dans l’histoire de l’humanité, avec des pollutions agricoles, industrielles, bactériennes, virales, électromagnétiques auxquelles tant de personnes ont du mal à s’adapter. C’est de cette pollution infectieuse qu’a souffert Judith, pollution que l’on résume sous le terme « d’infections froides » et dont la borrelia n’est qu’un des acteurs parmi d’autres connus ou inconnus ».

Maladies chroniques

L´expression infections froides est nouvelle. Elle désigne des maladies chroniques qui enrayent progressivement la machine humaine à la suite d´une ou plusieurs infections à bas bruit, infections ne générant pas de fièvre. C´est le sujet de travail du groupe Chronimed, présidé par Dominique Rueff, autour du Professeur Luc Montagnier. Parmi les infections froides, outre la maladie de Lyme ou la candidose, on trouverait aussi l´autisme… qui pourrait être guéri à condition de considérer l´aspect infectieux latent, et bien sûr l´environnement (notamment l´intoxication aux métaux lourds, qui revient souvent dans la maladie de Lyme également).

« Comme nous l´avons constaté, patients et médecins, ceux qui n’entrent pas dans le cadre étroit de cette médecine universitaire, ne sont pas tous bons pour le psy : ils peuvent simplement être infectés ou intoxiqués, assure Dominique Rueff. Qu’il s’agisse de maladies psychiatriques, de fatigues chroniques, de fibromyalgies, de maladies inflammatoires métaboliques ou articulaires, de maladies de dégénérescence comme certains Parkinson ou Alzheimer et même certains cancers, beaucoup d’entre eux furent améliorés, peu ou prou, par des traitements anti-infectieux adaptés associés à des traitements de terrain visant à remonter leurs propres défenses. C’est cette voie et cette rencontre qu’a fini par trouver Judith après ses années de souffrance, c’est ce témoignage qu’elle nous confie ».

> A lire :

– Docteur Dominique Rueff, « Mieux que Guérir, Les bénéfices de la Médecine intégrative », préface de Luc Montagnier, éditions Josette Lyon, décembre 2011.

> Retour au dossier Maladie de Lyme

> « Le microbe n´est rien, c´est le terrain qui est tout ». Cette expression chère à Claude Bernard (1813-1878) serait-elle en train de regagner du terrain face à l´hégémonie des principes de Louis Pasteur, son contemporain (1822-1895) ?

Ce dernier focalisait sur l´agression des virus et des bactéries, mais faisait peu de cas de l´état général du patient et de son contexte de vie. Vieux de 150 ans, les postulats pasteuriens (notamment un microbe=une maladie, ou un virus=un vaccin), sont encore largement reconnus, comme le laisse entrevoir l´intense politique de promotion vaccinale… Mais ces hypothèses ne semblent plus tout à fait d´actualité au regard des travaux novateurs des chercheurs de Chronimed.

Avec l´augmentation du nombre de personnes atteintes par des infections froides, la médecine est en train d´évoluer et de tendre la main aux principes ancestraux de la naturopathie qui pourraient du coup retrouver ses lettres de noblesse dans les traitements de fond. L´avant-garde médicale est en passe de redécouvrir son ancien patron : Hippocrate.

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

16 commentaires pour cet article

  1. 170 euros la consultation pour ce médecin généraliste qui surfe sur la vague du « naturalisme » et du scientisme à deux balles…

    Je suis écoeuré de voir ce genre de praticien abuser de la crédulité de leurs patients (clients devient le terme à utiliser d´ailleurs).

    Du vent, du vent, du vent…
    Du fric, du fric, du fric…

    A rapprOcher de certains gourous du régime.

    Répugnant !

     

  2. Dans son livre sur la maladie de Lyme, Judith Albertat pointe le problème des dépassements d´honoraires des « spécialistes », pas vraiment des médecins spécialisé en phyto! Elle raconte qu´un ami s´est vu facturer 8000 euros en dépassement d´honoraires de la part de professeurs du système conventionnel.
    Plus largement, son livre montre que le déni sur l´efficacité des thérapies alternatives, pénalise les « pauvres », qui ne peuvent se tourner vers des remèdes efficaces et d´avant-garde car ils ne seront pas remboursés! Ils sont contraints à rester prisonnier de la médecine conventionnelle dans leur parcours de soin, se privant de ressources alternatives, mais écopant tout de même des dépassements d´honoraires….

  3. sans doute que Veritas ne souffre pas de fibromyalgie, ni de fatigue chronique. Sans doute que Veritas n’a pas était ballotée d’un spécialiste à l’autre pendant 15 ans pour s’entendre dire: »c’est dans la tête madame ». Sans doute que Veritas n’a pas eu besoin d’expérimenter les traitements de ce médecin… Moi si! et je relève enfin la tête après des années d’errance médicale… alors le scientisme à deux balles dont vous parlez… Vous pouvez dire ce que vous voulez mais vos mots n’auront jamais autant de poids que la propre expérience d’une malade.
    Merci à ce genre de docteur d’avoir l’ouverture d’esprit suffisante pour faire avancer les choses.

  4. Bonjour Valérie,
    Je souffre de fibromyalgie depuis 17 ans avec une nette aggravation depuis 18 mois. Je suis ds l’errance médicale et la souffrance en permanence. Pourriez vous me parler de votre expérience et me dire comment vs êtes parvenue à « relever la tête ». Merci à vous pour votre aide.

  5. Bonsoir sannejan,

    une piste thérapeutique peut vous être profitable, celle de l’immunologie.
    Une intoxication aux métaux lourds, (amalgames dentaires, vaccins), peut être et c’est souvent vérifié,à l’origine de la fribromyalgie. Je peux vous comuniquer d’autres informations sur la chélation des métaux lourds, accompagnée d’un médecin immunologue, qui me suit pour une intoxication au mercure et au vaccin de l’hépatite b qui a déclenché une maladie rare et auto immune de la rétine…
    Cordialement,
    lola

  6. J’ai la quasi certitude que mon médecin ne connait pas la maladie de Lyme, je sais maintenant après m’être documentée que toutes les manifestations et symptômes que je lui présentais (qui la rendaient dubitative) auraient dû l’amener à déduire que j’en été atteinte (douleurs articulaires, contactions musculaires, maux de tête, érythème caractéristique, petits kystes sous la peau … ). C’est un neurologue qui m’a conseillé de faire les tests qui sont positifs.
    Du coup, je ne suis pas retournée chez mon médecin traitant et je cherche un médecin sur Paris ou région parisienne qui connait la complexité de cette maladie. Je suis prête à m’inscrire à toutes les associations pour avoir accès à une liste ou conseils. Quelle est la marche à suivre SVP. Je vous remercie à l’avance.

  7. Je pense que l’on ne guerit pas de maladies graves, en general, en ecoutant la medecine trad. C’est ce que je pense jusqu’a maintenant. La Vie me l’a montre. En premier, il faut s’interroger, et se prendre en main avec ce que l’on ressent…

  8. Je vais chez himmunitas à Bruxelles, pour tous les tests
    la maladie de lyme, présente a ce qu’il parait, si j’ai bien lu dans le livre de judith albertat, 800 symptomes différents. Entre autres, des symptômes de maladies auto-immunes dont celle la thyroïde de H asimoto, dont je suis atteinte après le vaccin de l’hépatite B. ma soeur quant à elle, a attrappé la sclérose en plaques, en tout cas quelque chose qui y ressemblait après le vaccin de l’hépatite également; aujourd’hui on dit qu’elle a la maladie de Parkinson, en fait je crois qu’ils n’ont jamais été très certains de ce qu’ils ont avancé.
    entre mon hypothyroïdie, problèmes de changement brutal de vision, inflammation permanente aussi bien du système digestif que dans les yeux, acouphènes, brûlures sous la peau, douleurs articulaires, musculaires, etc.. voilà si vous avez ces nombreux symptômes comme fibromialgie, spondylarthrite enkylosante, sciatiques, etc.. alors allez faire tous les tests serologie pour lyme, et tests pour les co-infections (mercure, et autres).

  9. Après 1 piqure de tique en novembre 2014 diagnostiqué en avril 2015
    borréliose de lyme depuis + de 3 mois, j’ai passé une impressionnante quantité d’examens
    maintenant on me diagnostique la maladie de Charcot LSA et ma neurologue refuse la
    corrélation les antiobios ne m’ont rien améliorés je suis traitée au rolutex et toco
    existe-t-il d’autres therapies

  10. Essaye de trouver un médecin en médecine interne dans un Hôpital dont le domaine de recherche est la Maladie de Lyme. Pour ma part je suis atteint par un satellite de la Borrelia, suite à des piqûres d’insectes hematophage, je n’ai pas d’herytheme migrant, j’ai une température permanente inférieure à 37 degré, je suis négatif au test Elisa, au test Western Bolt je suis positif aux bandelettes p41 (7) et p39 (8). Les borrelias de part leur forme spirochète imitent la forme de l’ADN et leurre notre sytème immunitaire, elles se servent de leurs formes spiralée comme d’un cheval de Troie dans notre organisme, de plus elles se servent des particules de métaux lourds comme camouflage et refuge ainsi que certaines graisses pour ne pas être atteintes par les défenses de notre système immunitaire. De part le fait que j’ai une température corporelle basse même lors d’infections, mon corps ne peut éliminer les toxines par la sudation, le Hamman et le Sauna me sont conseillés à ce sujet; j’ai un rythme cardiaque à 58 pulsations au repos pour commencer à transpirer je dois être à 180 pulsations minutes ce qui n’est pas raisonnable sur la durée pour obtenir la sudation. Je me retrouve envahie au niveau de l’estomac et de l’intestin par des mycoses microscopes qui se diffusent dans l’organisme, elles se propagent aussi via l’oesophage et le larynx en touchant les yeux et la sphère Orl en congestionnant en permanence les sinus tout en les enflammant. Les spirochètes vivants sécrètent en permanence des neuro toxines qui touchent les muscles et les os ainsi que les articulations via les nerfs, lorsque les spirochètes sont endommagés ou meurent, ils libèrent encore plus de neuro toxines et deviennent identifiables par notre sytème immunitaire qui réagit ce qui augmente encore plus la réaction inflammatoire( réaction d’herx). Les mycoses microscopique ne sont pas détectées lors d’examens exploratoires(Orl, gastro-enterologique). Les facteurs déclencheurs de crises sont entre autres liés au stress: hypothermique(température ambiante inférieure à 17 degrés surtout lorsque l’on est confronté à une hygrométrie comprise entre 70% et 100% ce qui accentue les ponts thermiques entre le corps et l’air ambiant ce qui a pour conséquence de refroidir encore plus le corps), émotionnel(colère, …), ambiant(pollution(phytosanitaire, sanitaire, industrielle). Quand nous sommes confrontés au stress notre système immunitaire chute et les Borrelias prennent le dessus. Il est conseille de dépolluer l’intérieur de son corps et notre environnement lieu de vie. Le manque de sommeil affaiblit aussi notre système immunitaire. Le but est de rendre les Borrelias visiblent et de renforcer notre système immunitaire, pour qu’ils puissent lutter plus efficacement contre celles-ci, afin d’espérer qu’il puisse s’en débarrasser. Pour ma part j’ai subit 2 épisodes infectieux qui sont restés des énigmes pour les médecins urgentistes qui m’ont pris en charges, les 2 déclenchés avec une température intérieure a 15 degrés, le 1er début de paralysie main gauche on ne pouvait me prendre que le poul a gauche à droite le sang ne circulait pas( rien: aux analyses de sang, au scanner) diagnostic syndrome de rainaud atypique, le 2 éme épisode début de paralysie de la moitié de la langue côté gauche( pas d’avc pour le 15). Pour calmer le stress émotionnel je pratique le Reiki imposition des mains et le Qui Gong avec les mains au dessus des zones douloureuse pour stopper les crise quand elles commencent, on doit aussi s’auto-soigner. Je suis un régime de détoxication que l’on m’a prescrit en Mèdecine interne(sans: gluten, laitages, fromages, sucres, fritures, café, charcuterie). L’exposition au rayonnement solaire m’est conseille derrière une vitre. En plus de cela j’essaye un traitement thérapeutique que l’on m’a prescrit en Mèdecine interne, pendant 2 mois, Zymad D 80000 Ui à prendre tous les 15 jours avec exposition au soleil modéré derrière une vitre, CARDERE de chez Herbiolys (en tant que dépuratif ) 15 gouttes midi et soir pendant 21 jours coupure de 7 jours, reprise du traitement même schéma pendant 2 mois, Chardon Marie en gélules Nat&form 1 gélule à chaque repas pendant 2 mois (pour le drainage du foie), Bio -CitruCid de chez Phytofrance (aide à lutter contre les bactéries), OLEOCAPS 4 de chez Pranarom ( défenses naturels, sante respiratoire) 1 gélule aux 3 repas.
    La pratique du sport stimule le système nerveux périphérique, et la réflexion stimule le système nerveux central. Afin de réduire l’éventualité qu’une réaction d’herx survienne, on peut prendre aussi du DESMODIUM ERGY de chez Nutergia(pour un meilleur drainage des toxines par le foi).
    Si ceci peut aider.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *