La meilleure énergie est celle qu’on évite de produire: les carburants

DOSSIER

Les risques que font peser sur l’humanité les énergies fossiles et le nucléaire obligent les gouvernements à remettre en cause les grandes options énergétiques. Et si, avant de couvrir la France d’éoliennes, de champs de colza ou de panneaux solaires, nous nous remettions sérieusement à la chasse au gaspi ? C´est le propos d´une série d´articles que nous entamons avec les économies d´énergie liées à la voiture.

Economies de carburant

Crépuscule du pétrole : comment réduire notre dépendance ? Crédit photo : Johny Worthington

« Je travaille dans une raffinerie de pétrole depuis 31 ans. Voici quelques trucs pour avoir plus de carburant pour votre argent… ». Ces conseils reçus dans la boîte mail d´Ouvertures émanent d’un américain travaillant à la Kinder Morgan Pipeline qui souhaite nous faire bénéficier de son expérience. Faut-il suivre les préconisations de cet expert anonyme et autoproclamé pour remplir son réservoir d’essence ?

Info ou hoax ?

Le message n’est répertorié ni par hoaxbuster, ni par hoaxkiller. Après analyse par Ouvertures, il apparait qu’aucun conseil n’est réellement pertinent. Le message contient un fond de vérité, mais un fond seulement ; il contient surtout beaucoup d’erreurs. Ensuite et surtout, les économies résultantes ne sont pas chiffrées. Et pour cause, elles sont imaginaires ! D’ailleurs, en concluant sa fiche par « j’espère que vous en aurez pour votre argent avec ces quelques trucs », l’auteur laisse planer comme un doute sur ses propres conseils…

Sur la question des précautions à prendre en station service, le seul conseil valable, c’est de ne pas essayer de remplir son réservoir à fond pour ne pas risquer le débordement : dans la station au moment du remplissage ou ensuite dans les premiers virages. D’autre part, en été le carburant stocké sous terre étant froid, il se réchauffe et se dilate dans le réservoir et peut donc déborder ensuite.

Vraies et fausses économies

Ce type de message peut continuer à se propager sur internet, car il répond à de réelles préoccupations : faire des économies et réduire la pollution ; et que les conseils prodigués ne nécessitent aucun investissement, seulement quelques contraintes. Le problème avec ce genre d’astuces, c’est qu’elles donnent bonne conscience en procurant l’illusion de faire quelque chose. Il vaut donc mieux se tourner vers des sources reconnues comme l’Ademe ou le Réseau Action Climat qui proposent des fiches très complètes et fiables.

Le bon sens dicte de commencer par les économies les plus importantes et les plus faciles à mettre en oeuvre, mais on peut aussi s’inspirer de la démarche négaWatt. Cette association de professionnels de l’énergie (voir encadré), préconise de commencer par la sobriété : ne pas avoir de voiture, ou l’utiliser moins : pratiquer le covoiturage, la marche à pied ou le vélo, prendre les transports en commun. Les mesures d’efficacité, bien qu’également importantes, ne doivent venir qu’en second. Selon la philosophie Négawatt, rien ne sert en effet d’économiser 5% d’essence sur un trajet si on aurait pu au final éviter de prendre sa voiture !

négaWattnégaWatt

Les négaWatts représentent l’énergie non consommée grâce à un usage plus sobre et plus efficace de l’énergie. Les membres de négaWatt travaillent depuis 2003 à l’élaboration d’un scénario de sortie du nucléairepour la France, tout en s’alignant sur l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’un facteur 4. La catastrophe de Fukushima a poussé l’association à mettre les bouchées doubles pour sortir avant la fin de 2011 une nouvelle version du scénario tenant compte des progrès technologiques et méthodologiques enregistrés depuis 2003.Contrairement à ce que le mot Watt pourrait laisser penser, le scénario ne s’applique pas seulement à l’électricité, mais à toutes les formes et à tous les usages de l’énergie. Il repose sur 3 piliers : sobriété, efficacité et énergies renouvelables. L’objectif visé est un « scénario 100% négaWatt », privilégiant la sobriété et l’efficacité, « si souvent évoquées dans les discours mais oubliées dans les actes ».

Voici quelques exemples d’économies liées à l´amélioration de l’efficacité :

Réduisez votre vitesse : 10 km/h en moins sur l´autoroute, c´est jusqu´à 1 litre au 100 km de carburant économisés.

Organisez vos déplacements en étudiant au mieux les itinéraires et le trafic. Pensez également à regrouper dans la mesure du possible vos déplacements.

Coupez votre moteur dès que vous vous arrêtez plus de 10 secondes.

Ne chargez pas trop votre voiture. 100 kg de plus c’est 5 % de plus de consommation. Quand les sièges arrière sont démontables, évitez de les transporter inutilement.

> Les autres conseils de l´Ademe.

> Retour au dossier Faire des économies

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *