Les dispositifs de traitement de l´eau au robinet sont souvent « inutiles »

Beaucoup de consommateurs sont convaincus, à tort le plus souvent, que l’eau du robinet est polluée. Ils achètent alors des dispositifs de traitement qui, non seulement sont la plupart du temps inutiles, mais peuvent aussi engendrer des inconvénients. Ouvertures présente une synthèse du dossier de Que Choisir de septembre sur ce thème.

Carafe filtrante.
Photo: Terraillon.

Les carafes filtrantes, le dispositif de traitement de l´eau domestique le plus répandu, « dégradent l´eau du robinet ». C´est pourquoi Que Choisir les avaient « vivement déconseillées » à l´issue d´une série de tests en 2010 (QC n° 481). Si, dans les conditions idéales de laboratoire et sur des appareils neufs, les carafes présentaient des résultats à peu près corrects, dans des conditions réelles d’usage, au contraire elle produisaient une eau filtrée « grouillant de microbes dans la quasi-totalité des logements et chargée en argent, un métal peu recommandable dans l’eau potable ».

Dans son numéro de septembre 2001, le magazine de défense des consommateurs a analysé les autres procédés de traitement utilisés chez eux par les particuliers : adoucisseurs, osmoseurs, filtres et appareils antitartre.

Le dossier présente les dispositifs les plus courants :
– Adoucisseurs : luttent contre le calcaire, en remplaçant le calcium et le magnésium par du sodium.
– Filtres sur robinet : éliminent les polluants (nitrate, pesticide, plomb) et le goût de chlore.
– Osmoseurs : enlèvent beaucoup d’éléments dont tous les minéraux.

Trois autres classes d´appareils, moins répandues que les précédentes – les antitartres (qui empêchent le dépôt calcaire), les filtres UV (qui détruit les microbes) et les « vivificateurs » qui transmettent une « énergie vitale » à l’eau – sont également évoquées par Que Choisir. Mais sans rien révéler du procédé à l´oeuvre dans les vivificateurs…

Conclusion générale du magazine : ces dispositifs sont « souvent inutiles et n’améliorent pas l’eau ».

Les adoucisseurs : la plupart du temps injustifiés


Adoucisseur d´eau.
Photo : Biotech.

La plupart des logements sont alimentés par une eau d’une dureté comprise entre 18 et 27 degrés français (f°) et n’ont donc pas besoin de l’adoucir. D’autant plus que l’eau adoucie devient agressive, ce qui entraine des risques de corrosion des tuyaux et des appareils et la diffusion de particules métalliques.

Adoucir l’eau revient aussi à ôter son calcium, pas seulement son calcaire entartrant. Or les apports du calcium sont indispensables à l’organisme. En outre, le calcium est transformé en sodium, c’est-à-dire en sel, qui est déjà souvent en excès dans la nourriture.

A noter que les adoucisseurs ne sont utiles que pour l´eau chaude.

> Bilan de Que Choisir : un adoucisseur n’est justifié que là où l’eau est très dure, dépassant 35 f°, mais alors « le circuit de la cuisine doit toujours rester en dehors du traitement ».

Les filtres et les osmoseurs

Ils sont souvent employés à la fois pour réduire le goût de chlore et purifier l’eau. Ils sont souvent inutiles dans les deux cas. Pour le chlore, mettre l’eau en carafe pendant une heure au réfrigérateur suffit à faire disparaître totalement l’odeur.

Pour les nitrates et les pesticides, sauf dans des situations très particulières (informez-vous en mairie), l’eau en France arrive en général conforme aux normes de potabilité. Pas besoin de traitement supplémentaire. Idem pour le plomb.

Concernant le calcium, les filtres n’ont aucune efficacité au contraire des osmoseurs. Mais ces derniers aussi, comme les adoucisseurs, déminéralisent l’eau et la rendent agressive (mais sans produire de sodium).

Il y a en outre risque de prolifération de microbes. Les cartouches des filtres et osmoseurs constituent un milieu très favorable au développement des germes. Qui peuvent être relargués quand la cartouche arrive à saturation.

> Bilan de Que Choisir : « On peut se passer [de ces équipements]. Les filtres sont souvent inutiles mais au moins ils préservent les teneurs en calcium de l’eau du robinet, à l’inverse des osmoseurs qui délivrent une eau déminéralisée. Ces derniers sont tout aussi peu recommandables que les adoucisseurs même s’ils n’ajoutent pas de sel à l’eau ».

Le magazine donne dans son dossier des conseils pour éviter ces traitements supplémentaires.

– Guide pratique « Procédés de traitement des eaux à l’intérieur des bâtiments« , par le CSTB.

> Voir aussi : Un Comité indépendant d’information sur l’eau en préparation.

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *