Sciences du vivant

L’irrésistible essor des thérapies quantiques

INTERVIEW Le troisième congrès international organisé par Marion Kaplan affiche déjà quasi complet. Plus de mille personnes sont attendues les 17, 18 et 19 novembre 2012 au centre des congrès de Reims pour un voyage dans l'univers étrange des thérapies quantiques. Cette année, le congrès se dote en parallèle d'un forum où exposants et autres conférenciers rencontreront le public. Entretien avec la cheville ouvrière.

marion kaplan

Marion Kaplan, bionutritionniste et organisatrice du congrès Quantique planète.

Critiquées ou adulées, les thérapies quantiques explorent de nouveaux champs de recherche dans le domaine de la santé, à l’initiative de scientifiques renommés. Elles proposent une nouvelle vision de l’univers, de la matière et du vivant, cherchant à compléter les pratiques thérapeutiques ancestrales (naturopathie, médecine chinoise…). Elles disent s’appuyer sur les découvertes de la mécanique quantique pour étayer leur légitimité.

Ces thérapies alternatives génèrent depuis trente ans des applications technologiques offrant une analyse du vivant complémentaire aux connaissances universitaires admises. Ces nouvelles perspectives de soins et de prévention sont au cœur des préoccupations de Marion Kaplan, qui organise ce congrès annuel et international pour la troisième année consécutive.

Ouvertures. Que cherchez-vous à faire en proposant ce congrès ?

Marion Kaplan. Chacun sait que la vie est un mouvement permanent, où le plus difficile est de gérer notre capacité à s’adapter. A notre époque, on doit développer de sacrées ressources intérieures et extérieures pour survivre dans un monde qui est de plus en plus parcouru d’ondes perturbatrices. Les électrohypersensibles ne parviennent pas à s’y adapter. Sans doute aurons-nous ici des solutions à proposer. Que cela soit par un rééquilibrage alimentaire, fondamental, ou par d’autres techniques de pointe. L’idée du salon n’est pas de mener des combats sur lesquels nous sommes impuissants (hausse des pollutions électromagnétiques, arrivée des OGM, problème des déchets nucléaires). Nous nous concentrons plutôt sur des solutions innovantes d’adaptation, qui intègrent les acquis des médecines ancestrales sur l’intelligence du vivant et les avancées de la recherche quantique.

Que viennent chercher au congrès (et au forum associé), les intervenants et les visiteurs ?

Crédit  : human light system

De l’information ! 80% des intervenants sont des médecins ou des thérapeutes aux spécialités très variées, qui ne trouvent pas dans leur bagage académique les solutions structurantes pour une médecine de demain. Entre eux, ils vont créer des passerelles et échanger des connaissances.

Du côté du public, qui a bien compris que la médecine actuelle doit revoir sa copie, ce sera le grand bain ! Chaque année, les participants témoignent de l’ouverture de conscience qu’ils ont pu vivre ici. Par sa philosophie sous-jacente, un tel salon peut inviter à des remises en question personnelles, aboutissant à plus de lucidité et de responsabilité envers sa propre santé, pour une meilleure prévention. Pour beaucoup, cela permet aussi de retrouver un sens aux événements qui nous touchent physiquement ou psychologiquement.

affiche thérapies quantiques congrès

Justement, la psychologie de l’individu semble importante pour les praticiens qui s’intéressent aux thérapies quantiques. Pourquoi est-ce si fondamental ?

Toute information peut avoir des répercussions sur notre psychisme puis entraîner des désordres physiques. Lorsqu’on vous annonce une mauvaise nouvelle au téléphone par exemple. Vous avez beau être tranquille chez vous dans un pays en paix, vous êtes percuté de plein fouet, au point de devoir parfois vous asseoir. Le lien entre l’état émotionnel et l’état physique est une évidence qui n’est pas suffisamment prise en compte par la médecine conventionnelle.

Quels sont les outils scientifiques proposés pour analyser l’état d’un patient ?

Illustration Guillaume Amorin

Illustration Guillaume Amorin

Côté boîte à outil, les thérapies quantiques disposent d’appareils de pointe, souvent des applications civiles issues de la recherche au sein des armées ou des agences spatiales américaines et russes. Le saviez-vous : on ne donne pas de chimie aux astronautes malades dans l’espace, c’est trop dangereux. On leur envoie des fréquences inverses à celles de la signature électromagnétique du déséquilibre. Ce n’est pas un hasard si la recherche sur les thérapies quantiques est très avancée dans ces deux pays… Après la guerre froide, elle a simplement trouvé d’autres débouchés, comme c’est le cas par exemple de l’écran anti-ondes électromagnétiques inspiré de la technologie anti-radar des avions furtifs…

En matière de santé, la science dispose aujourd’hui de moyens fiables et efficaces pour quantifier et rectifier l’état physiologique et psychique d’un individu. Ce sont toutes ces avancées, à mon avis inéluctables, que le grand public est invité à découvrir au congrès.

Comment faites-vous la différence entre appareils bidons et appareils scientifiques ?

Je teste ! Tout cela est vérifiable par l’expérience. Il existe beaucoup d’appareils sur le marché, mais on retrouve souvent la même technologie. J’en utilise plusieurs personnellement. Les résultats sont bons quand ils sont associés à un travail en nutrition et en psychologie, les appareils pouvant aider les gens à se détendre et à éliminer le stress tout en visualisant leur propre guérison. Ces appareils doivent obligatoirement s’utiliser dans le cadre d’une pratique sérieuse, dans une relation de confiance avec un thérapeute ou médecin bien formé.

Quelle définition commune rassemble les thérapies quantiques ?

Les thérapies quantiques parlent d’état vibratoire, de signature du vivant, de biorésonance et de biofeedback, où l’information perçue et gérée par un individu joue une place centrale. Ces thérapies ont l’intelligence de ne pas dissocier le corps et l’esprit. Le plan physique – mauvaise alimentation, perturbations vaccinales, exposition bactérienne ou environnementale – peut en effet avoir des répercussions sur le plan psychique, et vice et versa – traumatisme psychologique, stress chronique, etc. Toute la difficulté de la relation d’aide est d’identifier les « barrières », qui entravent la libre circulation des informations ou des bonnes fréquences qui régulent notre équilibre.

Informations pratiques. IIIe Congrès des thérapies quantiques, centre des congrès de Reims, les 17,18,19 novembre de 8 h 30 à 19 heures. Nocturnes les 17 et 18 novembre jusqu’à 22 heures  (Télécharger le programme complet). www.quantiqueplanete.com/congres/
> Espace congrès et conférences avec le Dr Konstantin G. Korotkov, le Dr Léonard Laskow, le Dr Erwin Laszlo, Pier Rubesa et Dominiques Lussan. Complet.
>Espace Forum avec conférences et ateliers, et une journée spéciale nutrition le lundi 19 novembre. Tarifs : de 80€ à 150 € (trois jours).

Des signatures électromagnétiques ou l’effet diapason

Un certain nombre de chercheurs tentent de bousculer l’approche essentiellement réductionniste de la science actuelle, qui réduit la vie et la pensée à des processus compréhensibles ultimement en termes de ses constituants matériels (cellules, macromolécules, etc.).. Une nouvelle biologie émerge, basée sur la mise en évidence et la caractérisation de « signatures électromagnétiques » complexes du vivant.

Selon le paradigme en vigueur, deux molécules ne pourraient échanger de l’information qu’après s’être « rencontrées » physiquement ou chimiquement.

Ce paradigme est battu en brèche par les travaux de Jacques Benveniste et Luc Montagnier, selon lesquels certaines molécules émettent des ondes électromagnétiques à basse fréquence qui laisseraient leur empreinte dans l’eau.

Ces fréquences correspondent à celles des ondes acoustiques. Même si elles sont inaudibles, Benveniste a montré que l’on pouvait les enregistrer simplement en se servant d’un amplificateur et de bobines électromagnétiques. Encodées sur un ordinateur, ces fréquences peuvent même être transmises par mail !

D’autres avant Benveniste, plus précisément Robert O. Becker et Cyril Smith, ont mené des recherches sur les fréquences électromagnétiques des organismes vivants. Mais l’innovation de Benveniste est d’avoir montré que les molécules et les atomes possèdent des fréquences propres et uniques, une carte d’identité en quelque sorte (une signature électromagnétique).

« C’est un terrain qui fait le pont entre la biologie et la physique et qui est basé sur le fait que les molécules et les atomes ont des vibrations. Elles ne sont pas que de la matière mais aussi des ondes. Je pense qu’on reconnaîtra, finalement, que Benveniste avait raison », a déclaré Luc Montagnier, le 27 octobre 2007, devant une caméra italienne, en marge de la conférence de Lugano (Suisse).

>> Pour aller plus loin , lire l’article complet « La biologie numérique sort la tête de l’eau », par Pryska Ducoeurjoly et sur Ouvertures « La mémoire de l’eau, et après ? »

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

6 commentaires pour cet article

  1. Bonjour,

    Bravo pour ce salon auquel je regrette de n’avoir pas participé en tant que professionnel, ignorant son existence jusqu’à il y a peu. J’espère que l’an prochain je le pourrai.

    Je suis moi-même, thérapeute quantique, passionnée par le sujet que j’aborde largement sur mon site (http://shelvene.com) . On ne peut, pour soigner, ne s’en tenir qu’au corps physique. Le corps et l’esprit ne sont qu’un. C’est cette dimension que prennent en compte, comme vous le dites, les thérapies quantiques.

    J’espère pouvoir faire le déplacement.

    Côme

  2. Bonjour,

    Quand j’évoque à mes collègues ma pratique professionnelle en tant que psychologue – psychothérapeute, praticienne d’EMDR et sophro-relaxologue, j’ai toujours souligné que j’ai été ravie de pouvoir travailler « léger ». Je m’explique, léger veut dire ne pas avoir besoin dans ma pratique professionnelles d’autres outils ou appareils que mon savoir, mon expérience et mon amour du vivant.

    Je crois profondément en la puissance de notre cerveau, de notre mental et de notre cœur pour nous aider à se guérir et aider nos patients à guérir car c’est en eux qu’ils détiennent les clefs de leur guérison. Le thérapeute est là uniquement pour amorcer le déclenchement de la guérison et accompagner lors de celle-ci.
    Etant donné les résultats plutôt très satisfaisants que j’obtiens avec mes patients, l’idée de recourir aux « appareils » pour m’aider dans ma pratique professionnelle, ne m’a jamais effleuré l’esprit.

    De ce fait les appareils que Madame Kaplan évoque et certains propos de Madame Kaplan tels que : « les appareils pouvant aider les gens à se détendre et à éliminer le stress tout en visualisant leur propre guérison », m’interrogent pour deux raisons.

    La première est qu’une séance de psychothérapie guidée uniquement par la parole et le cœur, qui vise la détente du patient et l’élimination du stress, notamment avec des visualisations telles que « sa propre guérison », peut être parfaitement réussie et bénéfique pour le patient, sans aucun « appareil » d’aide employé lors de celle-ci.

    De surcroît l’introduction pendant la séance d’un « appareil » – objet extérieur à la relation de confiance patient-thérapeute – pourrait être perçue par le patient comme une intrusion dans cette relation de confiance entre le patient et le thérapeute voire même comme un manque de compétences de la part de ce dernier qui a recours aux artifices…

    Or cette relation patient-thérapeute repose essentiellement sur une autosuffisance dite des ressources mutuelles et particulièrement des ressources propres du patient qui seront révélées et mises à jour grâce à l’aide du thérapeute. Cette relation ne serait-elle pas mise à mal par l’introduction d’un objet extérieur ? Ainsi, si l’introduction de ces appareils devrait se faire dans un protocole thérapeutique, elle doit être faite avec la plus grande prudence.

    La deuxième raison de mon questionnement est que ces appareils sont issus des recherches pendant la guerre froide entre deux pays, l’ancien URSS et les Etats-Unis, recherches visant la destruction potentielle de l’ennemi, pays adverse. Ces recherches qui continuent de nos jours, portent sur les ondes acoustiques et particulièrement sur les ondes électromagnétiques pour des nouvelles armes de destruction massive. Elles ont été particulièrement fructueuses en URSS qui a vendu ensuite des brevets à l’Etat Américain.
    Les prototypes de ces armes ont été testés sur les opposants du régime soviétique… Et nous savons aujourd’hui que les ondes électromagnétiques, émises par les antennes relais GSM et par les téléphones portables sont particulièrement nocives pour l’homme, sans parler des adjuvants toxiques des vaccins, des OGM ou de la radioactivité.

    Ainsi ces « appareils » dits de thérapie quantique, sont nés des recherches parallèles aux recherches pour les armes de destruction massive. Leur objectif était de guérir, de réparer ce que les fruits de recherches militaires, ont anéanti ou rendu malade. On n’invente pas un poison (sauf peut-être le nucléaire) sans inventer son antidote.

    Alors Madame Kaplan parle de « s’adapter », « survivre dans un monde qui est de plus en plus parcouru d’ondes perturbatrices. Les électrohypersensibles ne parviennent pas à s’y adapter » et elle dit que « l’idée du salon n’est pas de mener des combats sur lesquels nous sommes IMPUISSANTS (hausse des pollutions électromagnétiques, arrivée des OGM, problème des déchets nucléaires) ». Là-dessus je ne rejoins pas Madame Kaplan car chacun d’entre nous individuellement ou tous ensemble, nous ne sommes pas impuissants face aux risques sanitaires accrues à notre époque et de nombreux cas dans l’histoire de notre civilisation prouvent que nous pouvons agir efficacement.
    Alors l’idée du salon de se concentrer « plutôt sur des solutions innovantes d’adaptation » et de se déclarer « impuissant » face au déploiement inconsidéré des technologies issues des recherches militaires, qui rendent malade ou qui tuent, nous amènent à nous interroger si paradoxalement cette démarche ne cautionne-t-elle pas ce par rapport à quoi elle se déclare impuissante ?

    Parallèlement aux mérites que l’on reconnait à ce salon, il est regrettable qu’il soit déclaré d’emblée par son organisatrice comme « impuissant ». Celui-ci n’a pas su concilier l’exposé des « solutions innovantes d’adaptation » avec des solutions de diminution et par là de prévention réelle des risques liées aux ondes électromagnétiques, à la toxicité des vaccins, aux OGM, à l’omniprésence du nucléaire et à sa radioactivité.
    Pourtant dans une démarche holistique positive, de concilier les deux est possible et hautement souhaitable.

    Cela étant dit, je ne me refuse pas totalement de connaître davantage et de tester un jour in vivo ces « appareils » dits de thérapies quantiques, tout en insistant que le premier devoir de tout professionnel de santé est de démontrer sa volonté d’agir en opposition à l’impuissance et d’agir en amont des risques sanitaires.

    Cordialement,
    Yolanta

  3. Ping : L’irrésistible essor des thérapies quantiques : Marion Kaplan, bionutritionniste | des millions de femmes

  4. Dites messieurs dames…

    moi en ce moment je suis a la dèche financièrement. j’aimerais devenir Shaman comme vous…
    J’ai l’impression que c’est comme curé, mais avec plus de sous et moins d’obligations (quoique exorciste évangélique me tente aussi

    Y a des études, ou faut juste persuader les autres de son pouvoir et mettre une plaque ?
    ensuite, c’est pas grave si ya aucune étude qui confirme ces pratiquesbien au contraire (ou que les études qui pourraient y prétendre sont flouéees ?) y vont pas regarder les clients ?

    merci de me renseigner et de me donner un discours qui empeche qu’on me retombe trop dessus quand je m’installerais thérapeute. (je me renseigne encore sur d’autres pratiques SERIEUSES comme l’iridologie, la réfléxologie plantaire, l’acupuncture, la psychanalyse, la médecine aryuvédique, les pierres chaudes, l’imposition des mains, la psycho généalogie, l’homéopathie, la sophrologie, l’auriculotéraphie, la musicothérapie, la colothéraphie, l’aromathérapie, la priere, la PNL, etc…)

  5. Ping : Ecole des Sages | MITSU REIKI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *