Me Robard : « La faillite du système économique favorisera les médecines non conventionnelles »

Selon l’avocate Isabelle Robard, spécialiste du droit de la santé, le recours aux médecines non conventionnelles (MNC, dites douces, traditionnelles, complémentaires ou alternatives) sera facilité, « non pas pour satisfaire la liberté thérapeutique des patients, mais par nécessité économique ».

Interrogée dans le cadre du congrès national de l’Alliance pour la santé, qui s’est tenu à Montreuil (93) à la mi-octobre 2010, maître Isabelle Robard répond aux questions d’Ouvertures sur la situation des MNC en France. « Il faudra bien qu’on arrive un jour à mettre sur la table toutes les offres possibles pour voir ce qui est le mieux pour chaque individu », revendique-t-elle. « Il y a un décalage entre les textes qui affirment la liberté de prescription et la réalité : hors des sentiers battus, les médecins subissent plaintes et poursuites, même s’ils ont l’accord éclairé de leurs patients, même s’ils ont des résultats ! »

Soulignant également que beaucoup de professionnels non médecins pratiquant ces démarches parallèles sont légalisés chez nombre de nos voisins européens, elle rappelle que le système français qui régit l’exercice illégal de la médecine date de… 1803 !

Quelques avancées ont cependant vu le jour ces derniers temps, comme la légalisation de la fonction d’ostéopathe et de celle de chiropracticien. Mais il y a encore beaucoup de chemin à parcourir.

Vraisemblablement, le recours aux MNC sera facilité, « non pas pour satisfaire la liberté thérapeutique des patients, mais par nécessité économique », en raison de la faillite du système de santé tel qu’il fonctionne aujourd’hui.

Isabelle Robard plaide pour la réunion d’une commission ad hoc, pas nécessairement formalisée, entre les différents acteurs de la médecine (conventionnelle et non conventionnelle), à l’instar de ce qui avait été fait en 1993 autour du député européen Paul Lannoye et qui avait abouti au vote d’un important texte européen sur les MNC.

>> A l´occasion de son congrès, Alliance pour la santé a annoncé avoir dépassé le chiffre de 3 000 adhérents.

>> Envoyer un droit de réponse

6 commentaires pour cet article

  1. je cherche à joindre Maitre ROBARD pour des questions juridiques ayant attrair à la praitique de la Kinesithérapie et du bien être.

    Mon e mail: marcbieh@hotmailfr

     

  2. je suis réflexologue installée en libérale. Je voudrais me former en nutrition.
    Je souhaitais me former comme naturopathe mais je suis entrain de me demander si je ne devrais pas faire plutôt la formation de diététicienne qui est reconnue par l’état et bientôt par le ministère de la santé. En effet, j’en ai assez de ne pas avoir un statut reconnu..les médecins ne nous reconnaissent pas ..Alors, je pensais prendre la passerelle de diététicien et faire de la naturo après..afin d’être reconnu. Même si le système économique va mal..j’ai un doute sur l’avancée de la reconnaissance de la naturopathie..sauf pour ceux qui auront un statut para-médical ou médical c’est pour cette raison que je prends les devants…Car les diététiciens sont reconnus..
    Je vous remercie de m’éclairer ..
    Catherine Divay

  3. @ DIVAY : Je comprends votre démarche, vu les résistances de la France face aux évolutions nécessaires.
    Cela dit, la reconnaissance des médecines douces est un long combat : il faut persévérer jusqu’à la fin ! C’est à mon avis le sens de l’histoire et elle finira bien par s’imposer.
    En attendant, êtes-vous en contact avec des associations qui oeuvrent dans ce sens, comme l’Alliance pour la santé (alliance-pour-la-sante.com/‎) ?

  4. Bonjour je souhaiterais ouvrir chez moi un espace dédié au bien être.
    Je ne coiffe pas, je ne fais pas non plus la manucure.
    Gommage pour nettoyer le corps et douche.
    Bain dans petit bassin japonais mais sans jet,
    et pour finir massage.
    Me faut il une formation svp ?
    Je masse depuis ma plus tendre enfance, je suis d’origine Vietnamienne mais née en France et le massage fait parti de notre tradition.
    Merci,

  5. Bonjour,
    je pratique le Reiki, la réflexologie plantaire et le toucher drainant.
    Est ce que je peux utiliser l’appellation  » thérapeute énergétique » ?
    Je vous remercie de me répondre ou de m’indiquer où je peux avoir l’information légale.
    Cordialement.
    Marie Lise C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *