Environnement

Plusieurs pays africains ne veulent plus des sacs plastiques

En Afrique comme ailleurs, les sacs plastiques servent souvent pour l’emballage des produits et articles achetés dans le commerce. Jetés dans la nature après cette seule utilisation, ils polluent l’environnement. Face à ce constat, le Mali, après d´autres Etats africains, a décidé  d’en interdire l’utilisation.


Dans une rue de Cotonou. Photo : B. Houenoussi.

En janvier 2012, l’Assemblée nationale du Mali adoptait une loi interdisant « la production, l’importation, la commercialisation, la détention et l’utilisation des granulés et des sachets plastiques». Cette loi entrera en vigueur en avril 2013. Par ce vote, le Mali a décidé de suivre l’exemple d’autres pays africains qui ont fait le choix de mener une lutte sans merci contre les sacs plastiques. Il s’agit notamment de l’Afrique du sud, du Rwanda, de l’Ouganda et du Gabon. Tiémoko Sangaré, ministre malien de l’environnement, déclarait à Afrik.com que ces sachets contribuaient à la « dégradation des terres de cultures en milieu rural ». Leur brûlage produit des « polluants organiques persistants (dioxines et furanes) nocifs pour la santé et l’environnement ».

Selon des chiffres officiels, le plastique représente 3% des déchets municipaux au Mali. Tiémoko Sangaré reconnait que 95% des sachets plastiques consommés au Mali sont importés. C’est d’ailleurs pourquoi il relative l’impact de la loi votée en janvier dernier. Mais à terme, le gouvernement malien veut inciter les citoyens à utiliser des plastiques biodégradables, des sacs en tissu, en fibre, des paniers en paille et des emballages en papier ou en carton. L’engagement écologique dont fait montre ce pays tranche avec celui d’autres Etats du continent qui sont encore laxistes. C’est le cas du Bénin, où les sacs plastiques zigzaguent au gré du vent et font partie du décor de ses différentes villes.

Une initiative inédite au Burkina-Faso

Comme d’autres pays africains, le Burkina Faso est submergé par les sachets plastiques. C’est dans ce contexte que les autorités ont organisé le concours nommé « Zéro sachet plastique ». L’idée de cette compétition était de récompenser les habitants qui auront ramassé le plus de sacs plastiques dans leur commune. Selon Fasozine, 6120 citoyens y ont participé et les différents lauréats ont été distingués le 31 janvier 2012. C’est la commune de Bogodo qui a remporté le concours. Elle a reçu entre autres une somme de deux millions de Fcfa (3050 €), et du matériel tel que des charrettes, des brouettes, des râteaux et des poubelles. Environ 25 millions de Fcfa (38 115 €) ont été distribués dans le cadre de ce concours. Grâce à cette émulation en espèces sonnantes et trébuchantes de la fibre écologiste de ces citoyens burkinabè, 300 tonnes de déchets plastiques ont été collectées. Ils sont confinés au centre de traitement et de valorisation des déchets situé à Ouagadougou, la capitale du Burkina-Faso.

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>