Protocole de prise en charge des patients électrohypersensibles : démarrage janvier 2012

Les équipes médicales de l´hôpital Cochin à Paris élaborent un protocole d’accueil et de prise en charge des personnes souffrant d’hypersensibilité aux champs électromagnétiques. Les premiers patients pourront être reçus dans les Centres de consultation de pathologie professionnelle et environnementale (CPPE) dès  janvier 2012.


Personnes électrohypersensibles équipées d´un voile protection intégral. Photo : nextup.

En réponse à nos interrogations sur la question, nous avons reçu cette information en provenance du ministère de la santé :

« Le terme d´hypersensibilité aux champs électromagnétiques est utilisé pour définir un ensemble de symptômes variés et non spécifiques à une pathologie particulière que certaines personnes attribuent spontanément à une exposition aux champs électromagnétiques. L´Agence nationale de sécurité sanitaire de l´alimentation, de l´environnement et du travail (Anses), indique dans son avis d´octobre 2009 portant sur les effets sanitaires des radiofréquences qu´en l´état actuel des connaissances, « aucune preuve scientifique d´une relation de causalité entre l´exposition aux radiofréquences et l´hypersensibilité électromagnétique n´a pu être apportée jusqu´à présent ».

Néanmoins, il est nécessaire d´organiser la prise en charge médicale des personnes rapportant ces souffrances. Ainsi, lors de la table ronde intitulée « radiofréquences, santé, environnement » organisée en avril-mai 2009 par la ministre chargée de la santé, à la demande du premier ministre, le gouvernement a retenu plusieurs orientations et en particulier la mise en place d´une prise en charge adaptée pour les personnes se déclarant hypersensibles aux champs électromagnétiques.

Un protocole d´accueil et de prise en charge de ces patients a été élaboré à cet effet en collaboration avec les équipes médicales de l´hôpital Cochin. Il sera évalué dans le cadre d´une étude intitulée « Evaluation d´une prise en charge thérapeutique spécialisée des patients atteints du syndrome d´intolérance environnementale idiopathique attribuée aux champs électromagnétiques (IEI CEM) ». Les personnes pourront dans ce cadre obtenir une prise en charge médicale  spécifique et coordonnée en se rendant aux Centres de consultation de pathologie professionnelle et environnementale (CPPE). Les premiers patients  pourront être reçus dans ces centres  dès  janvier 2012. Cependant, il faut rappeler qu´il est possible pour les personnes qui le souhaitent d´être prises en charge dès maintenant par ces services médicaux, en dehors du cadre de l´étude.

Par ailleurs, la poursuite de la recherche relative aux radiofréquences est encouragée et financée en France par l´Agence nationale de sécurité sanitaire de l´alimentation, de l´environnement et du travail (Anses) qui a créé un programme de recherche « radiofréquences et santé » et qui dispose à cet effet d´un fonds public de 2 millions d´euros par an. Les travaux de recherche sur le syndrome d´hypersensibilité associée aux champs électromagnétiques pourront ainsi être poursuivis par l´Anses dans les futurs appels à projet de recherche qui seront lancés. »

> Liste des Consultations de pathologies professionnelles et environnementales (CPPE) où les patients peuvent d´ores et déjà s’adresser.

> Voir notre dossier : « Pollution électromagnétique : A quand des zones blanches pour la survie des électrohypersensibles ? »

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

2 commentaires pour cet article

  1. Je suis EHS et je ne pense pas que ce soit une « maladie à soigner ». Nous réagissons mal à un environnement exécrable, où se situe l´anomalie? Gommer les symptômes ne résout pas le problème, ce sont les causes qu´il faut éliminer. Après tout, qu´est-ce qu´un téléphone? Ce n´est ni un réveil, ni un baladeur, il est donc inutile de le laisser allumé 24-24 pour être joignable à tout moment. Les messageries, ça existe! C´est donc un irrespect des autres et de soi-même de se cramponner à sa totoche électronique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *