Pryska Ducoeurjoly, ou la guérison par l´information

« La plupart de nos maux procèdent de croyances erronées et de mauvaises informations. » Tel est le constat que fait la journaliste-naturopathe Pryska Ducoeurjoly. Un constat qui est à l’origine du livre qu’elle vient de publier : « La Société toxique – Manuel de dépollution mentale ».

C’est parce qu’elle aime passionnément son métier de journaliste que Pryska, aujourd’hui âgée de 33 ans, a quitté le quotidien Sud Ouest. En effet, elle voulait pouvoir investiguer des sujets plus à fond, notamment dans les domaines de la santé et de l’environnement. Mais les médias « classiques » se calent trop sur l’agenda institutionnel : l’investigation y est presque impossible. En tout cas très rare.

Aujourd’hui, Pryska est pigiste, essentiellement pour le magazine Nexus, qui vient de récupérer son numéro de Commission paritaire (Cppap) et qui, de ce fait, retrouve sa place parmi les médias « reconnus » par la profession et les pouvoirs publics. Elle peut désormais « creuser » les sujets qui lui tiennent à cœur, comme ceux qu’elle a réunis dans son premier ouvrage.

Les « 3 M » toxiques : « Médias, malbouffe et médocs » 

Aux éditions ResPublica,
328 pages de détox…

Dans l’interview que nous vous proposons ici, elle montre le lien qui existe entre les « 3 M » : les médias, la (mal)bouffe et les médicaments. Ce lien, c’est que ces trois secteurs sont pareillement intoxiqués, ce qui conduit à « l’abrutissement chimique et informationnel » de nombreux citoyens.

La jeune journaliste explique également comment sa formation de naturopathe lui a permis de comprendre que « la plupart de nos maux procèdent de croyances erronées », elles-mêmes entretenues par de « mauvaises informations ». La naturopathie, qui enseigne de « remonter à la cause de la cause de la cause, etc. », peut inspirer le journaliste à « ne pas se satisfaire d’un premier niveau de lecture ».

Ainsi,  si elle a pu écrire son livre, dit-elle, c’est grâce aux acquis de la naturopathie qui lui a montré que « tout procède de l’information : c’est ce qui me permet d’être un peu moins béni-oui-oui face à certain discours médical ».

Prochain ouvrage : un livre sur l´alimentation bio, « pour aider mes copines qui sont un peu perdues dans les rayons des magasins et souhaitent pouvoir se nourrir différemment ».

>> Le blog de Pryska Ducoeurjoly.

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

2 commentaires pour cet article

  1. Maxime,

    Ne pas confondre diététique et naturopathie, cela n´a rien à voir (conféré le site de l´auteure plus haut)

    Concernant les alicaments, même s´il existe des solutions open-source, je conseillerais personnellement une  imprimante 3D professionnelle pour fabriquer ses produits maisons comme celles de Zcorp ou encore U-print de chez HP

    http://fabathome.org/?q=node/84

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *