Un nouvel outil pour s’intégrer aux écosystèmes sans leur nuire

L’évaluation des services rendus par les écosystèmes (ESR) permet aux entreprises de se développer tout en comprenant, en utilisant et en respectant les écosystèmes qui les entourent.

Issu des travaux conjoints du World Business Council for Sustainable Development (WBCSD)[1], du World Business Resources Institute (WRI) et du Meridian Institute, l’ESR est né en réaction à l’accélération et à l’extension du déclin des écosystèmes. Or les entreprises dépendent de services rendus par des écosystèmes en bonne santé : eau douce, bois, ressources génétiques, pollinisation, régulation climatique etc.

Ce constat avait débouché en 2005 à « l’évaluation des écosystèmes pour le Millénaire », premier audit mondial des forêts, zones humides et autres écosystèmes de la planète.

L’ESR est un outil qui permet aux entreprises de comprendre les interactions entre l’évolution des écosystèmes qui les entourent et la réalisation de leurs objectifs économiques. Les entreprises peuvent ainsi mieux gérer les risques et saisir les opportunités découlant de leur dépendance et de leur impact vis-à-vis de la nature.

Une large gamme d’activités est concernée, des industries minières au secteur agroalimentaire, en passant par les industries manufacturières ou la grande distribution. Dans chacun de ces secteurs, l’ESR aide à étayer les processus décisionnels ou les choix de procédés industriels. Il complète utilement les systèmes de management environnementaux existants.

Publié en mars 2008, l´ESR a été récemment traduit en langue française grâce au soutien d’EDF, GDF-SUEZ et Veolia Environnement, tous trois membres du WBCSD et d’EpE, en partenariat avec l’Institut Inspire.

Deux exemples

Mondi : ce groupe multinational spécialisé dans le papier et l’emballage a utilisé l’ESR pour mettre au point de nouvelles stratégies pour affronter les évolutions des services écosystémiques de leurs plantations africaines certifiées FSC. Mondi améliore sa consommation d’eau par une gestion plus efficace des espèces invasives. Elle améliore l’adéquation entre les espèces d’arbres plantées et les caractéristiques du site, utilise l’eau de manière plus rationnelle et pratique les brûlis contrôlés de manière plus appropriée.

Syngenta : cette société agroalimentaire a choisi de tester l´ESR avec les agriculteurs du sud de l’Inde. L’entreprise a identifié plusieurs moyens d’aider les agriculteurs à réduire leurs impacts sur les écosystèmes ou à s’adapter aux changements. Par exemple : l´augmentation de la population de pollinisateurs en vendant des abeilles et un mélange de graines naturelles ; et l’utilisation des savoirs de l’entreprise afin d’offrir aux agriculteurs un système intégré de gestion des ravageurs.

La version française de l’ESR sera présentée le mardi 26 janvier 2010 chez Veolia Environnement, au 36/38 avenue Kléber, 75008 Paris.
• Contact : Valérie Philip, tél. : 01 49 70 98 51, vphili(at)epe-asso.org

>> Télécharger le guide : L’évaluation des services rendus par les écosystèmes aux entreprises (ESR) L´ESR est un guide pratique pour la mise au point de stratégies permettant la prise en compte, pour une entreprise, des risques et opportunités découlant de sa dépendance ou de ses impacts vis à vis des écosystèmes et des services qu´ils fournissent.

>> Télécharger l’outil d’analyse des dépendances et impacts, tableur Excel qui guide les utilisateurs à travers une série de questions permettant d’identifier les services rendus par les écosystèmes les plus susceptibles de présenter des risques et opportunités pour sa performance économique.


[1]  Dont Entreprises pour l´environnement (EpE) est le partenaire français.

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *