Vers une nouvelle politique agricole commune (Pac) plus verte?

L’agriculture européenne a engagé un processus de réforme qui doit entrer en vigueur en janvier 2014. L’environnement et l’équité devraient y gagner, à condition que les orientations se traduisent bien en textes législatifs d’ici l´été 2011.


Dacian Ciolos, commissaire européen à l´agriculture, lors de son intervention à Bruxelles.
Il présente les premières orientations de la future Pac. Document : touteleurope.eu.

Une Pac plus verte et plus juste verra-t-elle prochainement le jour ? Dacian Ciolos, commissaire européen à l’Agriculture, le pense. Il a publié ce 18 novembre 2010 « La Pac [politique agricole commune] à l´horizon 2020 : alimentation, ressources naturelles et territoires – relever les défis de l´avenir ». Ce document marque le début d´un processus de consultation qui va durer jusqu´au printemps prochain et qui permettra à la Commission de préparer des propositions législatives d´ici à l´été 2011. La Pac réformée doit entrer en vigueur le 1er janvier 2014.

Dans un condensé à destination des citoyens, la Commission résume ce qui va changer concrètement :
Les paiements directs en faveur des agriculteurs :
– reflèteront mieux la mission de service public rendue par les agriculteurs (leurs efforts pour protéger l´environnement, p. ex.) ;
– contribueront à soutenir l´agriculture, même dans les régions les plus défavorisées ;
– seront plus équitablement alloués et destinés aux agriculteurs actifs. Les instruments de gestion des marchés seront simplifiés. La politique de développement rural mettra l´accent sur le renforcement de la compétitivité et la promotion de l´innovation.

Un vrai changement de cap ?

Des organisations françaises de défense de l´environnement, d´agriculture et de développement durable, de solidarité internationale et des mouvements ruraux, réunies sous l’appellation Groupe PAC 2013, saluent « la volonté de la Commission d´encourager les pratiques et les systèmes de production durables pour assurer la fourniture de services environnementaux, ainsi que l´intégration de l´environnement et de la lutte contre le changement climatique comme principes directeurs dans la future politique de développement rural ».

Elles restent cependant prudentes face à des orientations « encore trop générales pour anticiper un changement de cap ». Elles attendent de pouvoir étudier les propositions législatives (attendues mi-2011) pour juger si ce verdissement sera réel ou trompeur.

> Les réactions de tous bords après la communication de Dacian Ciolos sur terre-net.

>> Envoyer un droit de réponse

1 commentaire pour cet article

  1. On a le temps de crever de faim 150 millions de fois d´ici là, à raison de 36 millions de mort par an pendant quatre ans pour cause de compétition économique mondiale et de divisions nationales ou communautaristes comme l´Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *