Zones de nature vierge : 1 % seulement du territoire européen

La Commission européenne réfléchit actuellement à l’élaboration d’une politique coordonnée des étendues sauvages. Une stratégie globale sera développée via l’initiative Wild Europe.

Les espaces naturels d’Europe ne peuvent rivaliser avec les vastes territoires vierges d’Amérique du Nord, de Sibérie et d’Amazonie. Ces zones de nature vierge – regroupant zones humides, marines et forêts primaires – sont précieuses et méritent une bien meilleure protection.

On trouve les plus grandes zones vierges dans le nord de la Suède et de la Finlande (forêt boréale). La Roumanie et la Bulgarie ne comptent pas moins de 400 000 hectares de forêt primaire.

Même des pays à forte densité de population, comme le Royaume-Uni et les Pays-Bas, recèlent de petits espaces de nature vierge fragmentés.

En France, plus de 1 700 sites sont répertoriés Natura 2000, un réseau européen de sites naturels protégés (mais non vierges). Ils couvrent moins de 15 % du territoire français, proportion qui monte à 35 % pour des pays comme la Bulgarie et la Slovénie.

Dans l´Union européenne des 27, les sites Natura 2000 et les sites visés par les directives concernant les oiseaux et les habitats représentent 13% des zones forestières.

La conscience de la grande valeur de ces étendues sauvages va grandissante. Elles pourraient contribuer à enrayer la perte de la biodiversité ; elles permettent aux chercheurs d’observer de près les processus naturels. Elles rendent également une série de services écosystémiques, tels que la purification de l’eau et de l’air, et contribuent à l’atténuation du changement climatique.

En février 2009, le Parlement européen a adopté un rapport sur les zones vierges d’Europe appelant à une meilleure protection de ces zones (mesures de cartographie, recherche et sensibilisation).

Fin mai, la présidence tchèque a tenu, à Prague, une conférence sur les espaces sauvages et vastes zones d’habitat naturel d’Europe avec le soutien de la Commission. Conférence qui s’est achevée par une déclaration sur la nécessité de développer une politique ad hoc en lien avec le réseau Natura 2000, ainsi qu’avec la politique européenne en matière d’agriculture, sylviculture et pêche.

Le texte recommande la protection des espaces sauvages restants. Les zones de grande taille « quasi naturelles » pourraient être rendues à un état vierge. Des espaces naturels pourraient être restaurés ou recréés partout où la demande se manifeste dans les pays les plus développés d’Europe.

Quelle police des eaux dans les zones humides ?

Le 1er octobre 2009, un nouvel arrêté a été adopté concernant la mise en oeuvre de la police  française de l´eau dans les zones humides. Il modifie un premier arrêté de juin 2008 qui soulevait un certain nombre d´interrogations de la part du monde agricolenotamment sur la définition des zones humides et, en conséquence, sur le champ d´application de la police de l´eau. Des techniques agricoles comme le drainage et l´assèchement peuvent ainsi être fortement remises en cause dès lors qu´elles se situent en zones humides. Ainsi, les Chambres d’agriculture organisent, en présence des représentants du ministère de l´écologie, une :

Journée nationale technique
« Zones humides », police de l’eau et SAGE
Jeudi 21 janvier de 9h à 16h30
à l’APCA, 9 avenue George V, Paris
Tél. : 01 53 57 10 52
veronique.spaletta(at)apca.chambagri.fr

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *