Travail parlementaire

Lutte contre les « dérives sectaires » : Les écologistes rompent pour la première fois l’unanimité politique

Lors du débat sur les conclusions de la commission d’enquête menée par le Sénat sur «l'influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé», le 11 juin 2013, Hélène Lipietz, au nom du groupe écologiste, a tenu un discours en rupture avec l’idéologie affichée sans discontinuer durant près de trente années de lutte contre les «sectes» en France. Une première qui éclaire l’abstention des Verts lors du vote sur le rapport.

Hélène Lipietz, groupe écologiste du Sénat, explique pourquoi son groupe est "insatisfait" du travail mené par la commission d'enquête.

Hélène Lipietz, groupe écologiste du Sénat, explique pourquoi son groupe est « insatisfait » du travail mené par la commission d’enquête.

Pour la première fois, une parlementaire, Hélène Lipietz, ne s’est pas contentée des lieux communs et des clichés sur les « sectes ». En présentant la position de son groupe parlementaire au moment des conclusions de la commission d’enquête menée par le Sénat sur « l’influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé », la sénatrice a voulu aborder le dossier en profondeur, en faisant appel plus à la raison qu’à la peur, habituel levier des politiques dans ce domaine : « Après six mois de commissions, soixante-douze auditions, un voyage, une visite au salon du Bien-Etre un petit peu épuisante, je suis désolée de constater que je reste sur ma faim. Je ne sais toujours pas ce qu’est une secte, ce qu’est une dérive et ce qui relève de l’escroquerie ou de l’abus de faiblesse classique ».

Elle s’est déclarée insatisfaite de « l’orientation » de la mission confiée aux parlementaires : « Le problème n’est pas de savoir si certaines sectes utilisent le biais de la santé pour couper leurs patients du reste de la société ou de leurs familles, tout en leur soutirant de l’argent, mais bien de savoir comment faire pour que l’emprise, qu’exerce nécessairement celui qui sait sur celui qui ne sait pas, ne dérive pas vers des pratiques contraires à la liberté et à la dignité de l’humain ».

Elargissant le débat, Mme Lipietz a demandé : « Un médecin allopathe ne dérive-t-il pas lorsqu’il n’explique pas le pourquoi des examens prescrits ou des traitements ? Lorsqu’il impose son savoir à celui qui lui fait confiance ? Ne dérive-t-il pas quand il ne prend pas le temps d’écouter parce qu’il n’a pas été formé à cela ou parce qu’il n’a plus le temps matériel de le faire tant notre système de santé est en crise. Et cette réflexion est pour l’ensemble des personnels médicaux bien sûr ».

« Ces mainmises existent dans tous les domaines sociaux : notaires, avocats ou entraîneurs sportifs peuvent aussi dériver »

« 60% des malades d’un cancer consulteraient un praticien de soins parallèles. Sont-ils tous embrigadés dans une secte ? Ou sont-ils tous victimes d’escroquerie ? Compromettent-ils réellement ainsi leurs maigres chances de guérison pour certains cancers ? Il faudrait faire enfin une comparaison sur les derniers moments de vie, en qualité, en conscience, en absence de douleur, entre les patients allopathes et les patients alter-médicaux. (…) La question n’est donc pas le choix des méthodes de soin, mais bien l’emprise que peuvent avoir certains sur des personnes, notamment en période de fragilité liée à la maladie ou au mal-être. D’autant que ces mainmises existent dans tous les domaines sociaux : notaires, avocats ou entraîneurs sportifs peuvent eux aussi dériver ».

S’agissant plus spécialement des dérives en matière de santé, Hélène Lipietz a posé la question de fond : « Tout autant que de savoir si des charlatans abusent de la détresse des gens, il faudrait mieux aussi se demander pourquoi les malades ou leur famille se laissent ainsi abuser. Qu’est-ce qui, dans notre société, comme d’ailleurs dans celle d’hier, fait que certains n’ont pas, à un moment de leur vie, assez d’esprit critique et se laissent abuser ».

« Y a-t-il des thérapies non officielles qui pourtant font du bien ? »

Enfonçant le clou, elle a mis le doigt sur un thème de l’enquête parlementaire qui avait provoqué des échanges assez vifs : celui de la reconnaissance ou de la labellisation de certaines pratiques non conventionnelles : « Autre interrogation sans réponse : y a-t-il des thérapies non officielles qui pourtant font du bien ? Et si oui, comment les détecter et surtout comment les labelliser permettant ainsi aux citoyens, citoyennes de les utiliser tout en connaissant leurs limites comme on connaît les limites de certains médicaments allopathiques ?

« Or les rares tentatives d’évaluer les pratiques non conventionnelles sont immédiatement considérées comme visant à faire entrer le loup dans la bergerie. Alors même que certaines de ces pratiques sont regardées moins défavorablement dans d’autres pays ».

« Bref, plus qu’une chasse aux sorcières, le groupe écologiste plaide pour une démarche pragmatique ».

> Qu’une élue de la République plaide pour une politique qui soit autre chose qu’une « chasse aux sorcières » constitue une première : c’est la reconnaissance que, jusqu’ici, les pouvoirs publics s’étaient contentés de poncifs calomnieux au service d’une politique discriminatoire. C’est aussi – et surtout – une avancée considérable pour une compréhension plus réaliste et, partant, une possible meilleure gestion du délicat dossier des « alternatives » thérapeutiques ou autres.

Voir aussi :

> Dossier Commission d’enquête du Sénat « dérives sectaires » & santé : tous les articles parus dans Ouvertures sur ce thème.

> Rapport Milon : Pourquoi le groupe écologiste du Sénat s’est abstenu.

 

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

11 commentaires pour cet article

  1. Ping : MEDECINE ALTERNATIVE : LE DISCOURS RAISONNABLE ET COURAGEUX D’UNE ÉCOLO AU SENAT

  2. Merci pour cette personne qui fait enfin évoluer les choses en parlant de cette absurde chasse aux sorcière oui absurde car on se base sur aucun faits concrets aucune connaissance approfondie des choses
    Oui ce terrorisme gouvernemental ,cette interdiction de vendre des médicaments qui font du bien
    Cette interdiction de laisser les pharmaciens vendre de l’alcool en pharmacie ou l ongeuent homeopathique le klc etc etc toutes ces interdictions provoque l apparitions de plus en plus nombreuses de gens qui vont mal qui sont mal soignés par des médecins incompétents qui ont complètement oubliés l utilisation des plantes et ne soignent qu avec des antibiotiques
    Super et vous savez quoi ?
    L antibiotique est gratuit et donc on abuse de leur utilisation et nos cours d eau sont infectés de ce produits
    Oui on est dans u. Monde ou les gouvernements exercent un pouvoir et un terrorisme assez effrayants
    Si les verts ont commencés une marche a contre courant vers plus d’humanité alors je dis que il y a de l espoir

  3. Ils feraient mieux de se pencher sur les sectes d’influences qui nuisent vraiment à la santé type franc-maçon, Bilderberg et Le Club etc.
    ça me fait penser à la c.i.a qui trafique l’héroïne d’Afghanistan via le Kosovo et qui emploi des milliards pour empêcher toute concurrence d’affaiblir leurs caisses noires.
    Mobilisons nous pour que les big-pharmas et autre sectes de ploutocrates n’aboutissent pas à leur plan médiéval d’asservissement global.
    Discutons entre citoyens, informons, même la tête de nœud de voisin de palier pour qu’ils ne divisent pour mieux régner.
    Pour mémoire secte provient du latin « secta » de « sequi » qui signifie suivre…

  4. Le vrai visage d’EELV. Le virage libéral d’EELV que pas grand monde ne pointe du doigt au café du commerce. Non la santé n’est pas une marchandise. Quand on sait que certains écolos s’opposent sans le dire à la recherche médicale il n’y a rien de surprenant à les voir soutenir ces pseudo-médecins et autres charlatans.

  5. Me traiter de libéral! n’importe quoi… Vous confondez l’économie financière et commerciale et l’économie philosophique: dans un cas il n’y a que l’argent qui compte, dans l’autre il y a la recherche de l’équilibre. Ce que mon discours pointait, c’était les méthodes employées par la commission qui n’avaient rien de scientifiques! Comment prétendre enquêter sur les dérives sectaires en matière de santé sans poser les prémisses du problème.

    Cette erreur logique fait que nous avons travaillé pour rien pendant 6 mois.

    j’ai essayé de démontré que dans le pays de Descartes on ne sait plus raisonner et que donc on n’a pas de réponses à une question fondamentale: comment doit-on se soigner et comment lutter contre les escrocs?

  6. Je viens de vivre 5 ans d’enfer par une secte bio bio et des mouvements sectaires cachés derrière des beaux paravents humanistes et écologiques !
    Moi aussi je pratique le shiatsu, le yoga , je mange bio et je lutte pour la préservation de la planète depuis toujours mais il y a des limites …
    Ce que ces néo mouvements sectaires à l’air angélique en apparence en lien avec des Amap ont fait subir à ma famille et à une enfant correspond bien à ce qu’il y a de plus classique dans les méthodes sectaires et c’est indéfendable et je suis heureuse que le gouvernement soit lucide.
    Je suis disposée à vous aider à comprendre et à partager mon expérience terrifiante pour que cela cesse à tout jamais.

  7. MERCI Madame la représentant du groupe écologiste car moi j’ai vécu et vit l’enfer pour ETRE tout simplement ce que je suis…..une femme seule sans famille végétarienne orientation écolo depuis 30 ans , j’ai plus de 60 ans et vivant dans un village du sud de la france sans appartenance politique syndicale ou autre……..je n’ai plus de VIE ……surveillée harcelée et maltraitée sans pouvoir me défendre……je voudrais aussi pouvoir raconter avant qu’il ne soit trop tard ce que j’ai vécu de terrifiant et humiliant ( et ce n’est pas fini ) à des personnes qui voudraient bien m’écouter et me croire pour trouver des solutions pour que cela cesse à tout jamais OUI A TOUT JAMAIS.

  8. Ping : Liberté de conscience - Comité de soutien : justesse pour Céline - Neospirit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *