Inédie

Henri Monfort, qui dit ne plus manger depuis 2002, quitte la vie publique

Interview exclusive - Affirmant se nourrir uniquement de « prana » (souffle vital), et ne buvant qu’un peu d’eau, le Nantais Henri Monfort annonce qu’il se retire de la vie publique. Ce « chaman » que nous avions interviewé en 2010 continuera d’apporter ses « soins énergétiques » aux gens mais souhaite se consacrer désormais à sa famille et à la méditation. Il accorde sa dernière interview à notre magazine.

Henri Monfort, en mars 2018, dans la région nantaise. Photo : J-L M-L.

Cliquer sur l’image pour regarder/écouter la vidéo ↑

Aussi acabradantesque que cela puisse paraître, cet homme de 65 ans, désormais à la retraite, vit, selon ses affirmations, sans ingérer de nourriture solide ni de jus de fruits ou de légumes. Il se contenterait de boire un peu d’eau et ne dormirait plus qu’une heure par nuit.

Nous l’avions interviewé en 2010 (vidéo en 3 parties) :

1 – J’ai rencontré l’homme qui dit ne plus manger depuis près de huit ans

Depuis 2002, année où il a démarré son étrange démarche, il a donné de nombreuses interviews et conférences (visibles sur la Toile) : « Je suis un pionnier, j’explore une terre totalement inconnue. Pour la médecine, je suis mort, puisqu’on ne peut survivre à trois mois d’absence de nourriture physique. Mais je ne maigris pas et suis en bonne santé ! Je ne fais pas de prosélytisme. Je vis le présent, au-delà de la dualité esprit/matière. Aujourd’hui, je suis pranique. Demain, je ne sais pas. Je me laisse guider par mon intuition. Je ne cherche absolument pas à faire des émules, mais j’explique ma démarche à celles et ceux qu’elle intéresse. Je participerai encore à quatre groupes praniques cette année, deux dans la Drôme, un en Italie, l’autre en Tchéquie. Ensuite, j’arrête ».

Bien évidemment, le cas Henri Monfort dérange. La Miviludes classe le respirianisme parmi les « dérives sectaires » et les « antisectes » l’ont dans leur collimateur.

Henri Monfort a reçu des menaces de mort s’il continuait ses conférences.

Aujourd’hui, il aspire à la paix. Il souhaite se recentrer sur sa vie intérieure et consacrer plus de temps à ses enfants et petits-enfants qui, d’après lui, après une première période de vive inquiétude, se sont habitués au personnage et à ses fantaisies respirianistes : « Ils acceptent même que je leur fasse des soins ! »

> Tous nos articles sur les respirianistes et le prana.

 

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

6 commentaires pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *