Succès du « point de signalement » des effets secondaires

L’association belge de défense des consommateurs Test-Achats a lancé un “point de signalement des effets secondaires des médicaments” sur internet. Après un an et demi de fonctionnement, le succès est au rendez-vous.

Le site de l’association, www.contactmedicaments.be, a enregistré 250 notifications. Sur les 250 notifications, 75 pc ont concerné des médicaments pour le système cardio-vasculaire, suivis par des médicaments pour le système nerveux. Plus de 37 pc des patients indiquent avoir arrêté le traitement à cause des effets indésirables.

Avant la mise en œuvre de l’opération, les patients souffrant d´effets secondaires ne pouvaient s´adresser qu´à leur praticien de santé, qui se chargeait ensuite de relayer l´information.
Or, selon Test-Achats, l´information donnée par le patient est plus intéressante car « plus abondante et plus concrète ».

Les prestataires de soins restent les premiers contacts. « Toutefois, indique l’association, il semblerait que certains négligent parfois de donner suite au signalement du consommateur, par exemple en ne le rapportant pas à l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (Afmps). Conséquence, un nombre important d’effets secondaires restent longtemps inaperçus ou semblent rares, alors qu’ils surviennent peut-être régulièrement et méritent d’être connus ».

Critiques corporatistes du monde médical, questions au Parlement et un accord de coopération avec l´agence fédérale des médicaments plus tard, plus personne ne peut encore nier les résultats, s’enorgueillit Test-Achats. Ceci confirme qu’un système où les patients peuvent adresser directement leurs plaintes au sujet des effets secondaires est un « complément nécessaire à la responsabilité des prestataires de soins ».

Test Achats demande plus de transparence autour de la sécurité des médicaments. Elle plaide pour la mise en place d’un site web d’accès aisé pour les consommateurs avec un aperçu des effets secondaires des médicaments, ouvert en toute transparence au niveau fédéral et européen.

Comment s’effectue le contrôle des médicaments ?

En Belgique, un patient ne peut transmettre ses plaintes qu’à un médecin, un pharmacien ou un dentiste qui, à son tour, peut en informer le Centre belge de pharmacovigilance via les formulaires de signalement officiels (les “formulaires jaunes”). Ces formulaires sont destinés aux prestataires de soins, pas aux patients. Dorénavant, chacun peut aussi faire usage du formulaire de signalement de test-Achats. Toutes les notifications concernant des effets indésirables de médicaments sont transmises au Centre de pharmacovigilance, département de l´Agence des médicaments. Si nécessaire, le ministre de la santé publique peut prendre des mesures : prévenir les prestataires de soins, adapter la notice (compléter les effets non désirés ou les ajouter aux contre-indications) ou modifier les conditions d’obtention du médicament (vente libre ou non). Dans des cas rares, les effets secondaires peuvent être tellement graves que le médicament est suspendu, voire retiré du marché.

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *