Quelle conscience après la mort ?

Peut-on voir son corps alors que l’on vient de mourir ?  Pour tenter de répondre à cette question et à bien d’autres sur ce thème, une nouvelle étude a été lancée début septembre au siège des Nations Unies, à l’occasion d’un symposium organisé par la section des organisations non gouvernementales (ONG) du Département de l’information (DPI).

L’étude intitulée « Au-delà du problème corps-esprit : Nouveaux paradigmes dans la science de la conscience » est lancée par la Division de neurosciences de l’Université de recherche médicale de Southampton, au Royaume-Uni, en association avec 25 centres médicaux européens et américains. Elle pose pour la première fois la question de savoir ce qu’il advient de la pensée et de la conscience quand le cœur ne bat plus, quand les poumons ne fonctionnent plus et quand le sang n’irrigue plus le cerveau.

« Ce qui se passe après la mort n’est plus une question réservée à la philosophie ou la philologie, a expliqué Sam Parnia, chargé de recherche en médecine pulmonaire et coronaire au Centre médical Weill Cornell et à la Division de neurosciences de l’Université de recherche médicale de Southampton.  Les progrès de la science nous permettent maintenant de ramener à la vie des personnes déclarées cliniquement mortes. De plus, les travaux de recherche des 10 dernières années montrent que 10% à 20% des personnes ayant été “ressuscitées“ affirment avoir été en mesure d’entendre et de voir se qui se passait autour d’elles pendant leur arrêt cardiaque. Les médecins et infirmières impliqués ont également confirmé les détails mentionnés par les patients étant revenus de l’état de mort clinique. »

L’étude doit durer trois ans. L’un des objectifs-clés est de s’assurer de la validité de ce que disent les patients ayant survécu à un arrêt cardiaque, ajoute Sam Parnia.  Ainsi, des unités de soins intensifs et des salles d’urgence ont été équipées de diverses images placées qui ne sont visibles qu’en jetant le regard du haut vers le bas. L’idée est de savoir si les personnes qui affirment voir et entendre les médecins et infirmières pendant la phase de ressuscitation verront également ces images. Si ce n’est pas le cas, cela signifiera que ce qu’ils ont vu ou entendu n’est qu’une illusion s’alimentant d’expériences précédentes et donc ne constitue qu’un “faux souvenir“.  Mais si ces individus décrivent ces images, la science, et plus particulièrement la neuroscience, connaîtra une révolution.

>> Cette recherche pourrait approter des éclairages nouveaux sur un sujet riche en controverses, celui des expériences de mort imminente. Après avoir repris conscience, certains patients font un récit qui présente de nombreuses similitudes : impression de décorporation, conviction d´être mort et cependant conscient mais dans un corps immatériel, déplacement le long d´un tunnel, vision d´une lumière intense, rencontre avec des personnes décédées ou des « êtres de lumière », remémoration en accéléré de sa propre existence, prises de conscience, etc. Dans la majorité des cas, l´expérience est jugée agréable et qualifiée de « lumineuse », voire mystique, au point que la personne éprouverait ensuite des difficultés pour revenir à la réalité matérielle du monde. (Source Wikipedia).

Pour aller plus loin :

>> Envoyer un droit de réponse

2 commentaires pour cet article

  1. Le cerveau ne serait-il qu’un émetteur-récepteur, un interface, le décodeur, d’une conscience située dans une autre dimension, un autre univers, constitué de particules superlumineuses où le temps et l’espace n’existeraient plus ?… Univers fondamental que nous retrouverions après notre mort physique… J’ai, depuis mon enfance, l’intime conviction, une intuition tenace, que ma vie sur terre n’est qu’un rêve et que ma vraie vie, la vraie réalité, se trouve ailleurs dans un espace-temps dont j’ai la profonde nostalgie et que j’ai la sensation très forte d’avoir connu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *